Val-de-Travers continue d’investir pour la politique régionale

Le Conseil général a validé lundi soir un crédit d’1,5 million de francs, afin de favoriser ...
Val-de-Travers continue d’investir pour la politique régionale

Le Conseil général a validé lundi soir un crédit d’1,5 million de francs, afin de favoriser les projets touchant surtout le développement économique et touristique.

En acceptant ce troisième crédit-cadre, le Conseil général a donné un coup de pouce pour l'avenir de la Robella. (Photo : archives). En acceptant ce troisième crédit-cadre, le Conseil général a donné un coup de pouce pour l'avenir de la Robella. (Photo : archives).

Val-de-Travers maintient son soutien aux projets qui favorisent le développement économique de la Commune. Le Conseil général a validé un crédit d’1,5 million de francs lundi soir. C’est le troisième crédit-cadre de ce type qui est voté par la Commune, après ceux de 2009 et 2012, qui concernaient le même montant. En près de 15 ans, Val-de-Travers a ainsi permis le développement d’une vingtaine de projets dans le cadre de la nouvelle politique régionale (NPR), mise en œuvre par la Confédération avec l’appui des cantons. Selon les informations fournies par Benoit Simon-Vermot, conseiller communal en charge de l'économie, « pour un franc investi par la Commune, environ deux à trois francs viennent d’autres partenaires, que ce soit le Canton, la Confédération ou des partenaires institutionnelles ».

Retour sur les débats de la soirée du Conseil général : 

Le projet a été globalement bien accueilli par les groupes du Conseil général. L’UDC, le PLR et le PS ont salué que les deux premiers crédits-cadres avaient fait leurs preuves, en laissant une certaine marge de manœuvre à l’exécutif. « C’est un outil qui est vraiment très utile au niveau communal en termes de développement de projets. Ça a permis d’amener énormément d’investissement dans notre commune », a rappelé le chef de groupe du parti socialiste, Emil Margot. Sans s’opposer à l’idée du projet, le groupe AGORA mais aussi quelques élus Verts et POP se sont montrés plus réfractaires. Les finances de Val-de-Travers, plus souvent dans le rouge que dans le noir ces cinq dernières années, ont été évoquées par Florian Stirnemann, du groupe AGORA : « Lors des deux premiers crédits-cadres, les finances étaient beaucoup plus saines. »

Le conseiller général rappelle aussi que ce crédit aurait pu être voté en septembre, pour lancer la nouvelle législature.


Un outil propre à Val-de-Travers ?

Cet outil serait unique dans le Canton de Neuchâtel, selon Benoit Simon-Vermot. « C’est un outil qu’est relativement peu utilisé dans le canton, il me semble que les autres communes de l’utilisent pas. Elles sont toutes intéressées par l’idée et le levier. » Le Conseiller communal rappelle également que cette politique est en place depuis la fusion de Val-de-Travers en 2009.


Benoit Simon-Vermot : « C’est un outil qui a fait ses preuves. »

Deux projets en ligne de mire

Le Conseil communal soumettait ce troisième crédit-cadre à son législatif, alors que deux projets importants sont en développement. D’abord le site Dubied à Couvet, inscrit en février comme mesure phare de l’accord de positionnement stratégique de la région.

L’autre projet concerne l’avenir du site de la Robella à Buttes, présenté dans un rapport complémentaire lundi soir. L’idée est de remplacer le télésiège vétuste par une télécabine, afin de développer un site « quatre saisons » et non plus axé sur l’hiver. Une première étude estime le projet à 12 millions de francs, un rapport final est désormais attendu pour février 2026. /swe


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus