Soirée tendue pour le budget de Val-de-Travers

Le budget 2024 de la Commune a été validé avec un déficit de 1,5 million de francs. La gauche ...
Soirée tendue pour le budget de Val-de-Travers

Le budget 2024 de la Commune a été validé avec un déficit de 1,5 million de francs. La gauche et la droite se sont largement opposées dans les débats lundi soir

Val-de-Travers a validé son budget 2024 dans la douleur lundi soir. Val-de-Travers a validé son budget 2024 dans la douleur lundi soir.

À l’image de l’Areuse gonflée par les pluies, le Conseil général de Val-de-Travers n’a pas été un long fleuve tranquille lundi soir. Au programme : le budget 2024, présenté avec un déficit de plus de 2,3 millions de francs et qui a finalement été validé avec un déficit de 1,5 million de francs. 

Dans un premier temps, les groupes politiques ont souligné un résultat globalement encourageant, malgré le contexte actuel. Quelques inquiétudes concernant l’augmentation de la dette communale, ainsi que le cumul de budgets négatifs au fil des années sont revenues dans l’hémicycle, sans pour autant inquiéter les discussions.


Opposition gauche-droite sur les amendements

Deux « gros » amendements ont ensuite été présentés au législatif : celui du Conseil communal qui proposait une amélioration de 500'000 francs, et le texte du PLR avec 800'000 francs d’économies. Ce dernier ne ciblait par contre pas où le Conseil communal devait procéder à des coupes. Arrivées tardivement sur la table des conseillers généraux, les deux propositions ont vivement fait réagir les socialistes, qui ont rappelé que des discussions préalables se tenaient normalement en commission. « Aucune proposition concrète n’a été faite à ce moment-là » rappelle Emil Margot. « On ne peut donc pas discuter dans un cadre institutionnel et avoir l’avis du Conseil communal ou des autres groupes. On n’a pas pu négocier ce soir. »

Emil Margot

Si l’amendement du Conseil communal a finalement été refusé de justesse (18 oui, 19 non, 2 abstentions) par la droite majoritaire au parlement vallonnier, celui du PLR a passé la rampe, malgré les critiques et demandes de la gauche concernant les économies voulues par le parti libéral-radical. « Le Conseil Communal préférait une enveloppe pour travailler librement. On ne regrette pas cette décision de serrer la vis, mais de manière raisonnable » expliquait Alexandre Iseppi, chef de groupe PLR.

Alexandre Iseppi

Ça sera donc au Conseil communal de choisir dans quel dossier il doit faire des coupes. Ce dernier va s’inspirer de son amendement présenté lundi soir, mais devra tout de même trouver 300'000 francs d’économies supplémentaires, pour ramener le déficit du budget 2024 à environ 1,5 millions de francs. En charge des finances, Frédéric Mairy explique qu’il est encore trop tôt pour savoir où les coupes seront faites, mais regrette que le législatif n’utilise pas son droit politique jusqu’au bout : « On aurait souhaité que le Conseil général prenne ses responsabilités et nous dise où couper », détaille le conseiller communal.

Frédéric Mairy

Dans les autres points de la soirée, le Conseil général a approuvé à l’unanimité un crédit de 302'500 francs pour la mise aux normes LHand des arrêts de bus de priorité 2. Dix emplacements sont concernés à Val-de-Travers.

Les membres du parlement ont également approuvé un crédit de 360'000 francs, afin de racheter du mobilier nécessaire pour les constructions préscolaires et parascolaires. Les nouveaux bâtiments de Fleurier, Couvet et Môtiers en bénéficieront dans les prochaines années.

Le Conseil général de Val-de-Travers a aussi accepté que le Conseil communal propose un projet de loi au Grand Conseil, afin de réintroduire le cumul partiel des mandats. Une motion concernant les relations institutionnelles entre le législatif cantonal et les communes a également été validée par le Conseil général vallonnier. /swe


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus