Val-de-Travers valide aussi l’entité commune pour la gestion des ambulances

L’entité commune pour la gestion des ambulances est validée par le Conseil général de Val-de-Travers ...
Val-de-Travers valide aussi l’entité commune pour la gestion des ambulances

L’entité commune pour la gestion des ambulances est validée par le Conseil général de Val-de-Travers. Vendredi soir, ce dernier a suivi Val-de-Ruz dans sa décision. Le législatif a également largement validé les comptes 2021

L'entité commune de gestion des ambulances sera en fonction dès le 1er janvier 2023. L'entité commune de gestion des ambulances sera en fonction dès le 1er janvier 2023.

Les discussions ont été plus animées que d’habitude au sein du législatif de Val-de-Travers. Vendredi soir, le Conseil général devait décider s’il acceptait le projet de gestion commune des ambulances, prévu entre les deux grandes communes des vallées neuchâteloises. Il ne manquait que le oui de l’autorité vallonnière, après l’approbation lundi soir du Conseil général de Val-de-Ruz.

La gauche a pourtant émis quelques réserves quant à la manière dont le dossier avait été soumis au Conseil général, notamment avec une conférence de presse et un communiqué jugé trop « positif » à deux semaines du vote décisif du législatif. Le choix de passer à une société de droit privé a aussi été remis en question, sans pour autant influencer le vote final.

Adriana Ioset, conseillère générale POP : « Ça sent trop la privatisation pour nous »

Du côté du Conseil communal, le soulagement était présent après l’acceptation d’une entité commune pour les ambulances des vallées. Pour l’exécutif, il s’agissait de pouvoir proposer sans attendre de meilleures conditions de travail aux secouristes, qui collaborent déjà depuis 2019.

Benoit Simon-Vermot, conseiller communal : « Le droit public c’est la norme à Val-de-Travers maintenant, là on change. C’est un domaine extrêmement encadré par l’Etat »

A noter encore un postulat des socialistes accepté à l’unanimité et qui demande de la transparence de la part du Conseil communal dans la gestion de la nouvelle entité.

Prévu dans les discussions ce soir, le point concernant la suppression de postes au sein de l’administration communale a finalement été déplacé à la prochaine séance du Conseil général, en septembre. Une action faite sur demande de la commission du personnel et du syndicat du service public, qui représente les ambulanciers. Des ambulanciers qui sont directement concernés par ces discussions, puisqu’elles tournent autour d’une suppression d’indemnités.


Oui aux comptes 2021

Les conseillers généraux de Val-de-Travers ont également accepté à l’unanimité les comptes 2021, malgré un déficit à hauteur de 590'000 francs. Les groupes ont salué l’amélioration des finances de la Commune, alors que le budget prévoyait 5,1 millions de déficit.

Les partis se sont réjouis de l’amélioration des comptes à Val-de-Travers. La plupart souhaite tout de même rester prudent quant à la situation des personnes morales. Une grande entreprise ayant changé de mains en 2021 pourrait avoir un impact sur les recettes à l’avenir. Les augmentations du coût de l’endettement prévues à l’avenir sont également dans le viseur des partis.


Echelon salarial : c’est oui pour le personnel communal

Le législatif de Val-de-Travers a également approuvé l’octroi d’un échelon salarial pour le personnel communal à partir du 1er juillet. Cette décision a été prise suite aux résultats des comptes 2021 meilleurs qu’attendus. La majorité des partis a décidé de suivre la proposition du Conseil communal. Pour rappel, l’échelon communal avait été gelé pour l’année 2022, afin de préserver les finances de Val-de-Travers. Seuls plusieurs élus du PLR et de l’UDC ont préféré s’abstenir sur le sujet vendredi soir.

A noter que le nouveau bureau du Conseil général a été élu en fin de séance. C’est le PLR Florian Dreyer, âgé de 25 ans, qui accède à la présidence pour une année. /swe


Actualisé le

Actualités suivantes