Val-de-Travers manque de soins d’urgence pour les enfants

Difficile de faire soigner ses enfants en dehors des heures « de bureau » au Vallon. Si la ...
Val-de-Travers manque de soins d’urgence pour les enfants

Difficile de faire soigner ses enfants en dehors des heures « de bureau » au Vallon. Si la situation n’est pas tendue concernant les patients habituels, les autorités s’inquiètent du manque d’accueil en cas d’urgence

Au Val-de-Travers, les soins d'urgence en pédiatrie sont quasi inexistants. (Photo: LDD) Au Val-de-Travers, les soins d'urgence en pédiatrie sont quasi inexistants. (Photo: LDD)

La situation n’est pas nouvelle et dure depuis de nombreuses années : une seule pédiatre travaille au Val-de-Travers. Claire Mulard exerce à 60% et accueille la grande majorité des enfants du Vallon. Elle est appuyée par quelques autres médecins généralistes, qui prennent également des jeunes patients, souvent dès l’adolescence.

Claire Mulard l’affirme : depuis 2014 et son arrivée à Val-de-Travers, elle n’a jamais dû refuser d’enfants. C’est d’ailleurs elle qui a repris les patients de Véronique Truong, lors de son départ à la retraite. La seule période difficile à gérer a été celle de son congé maternité, où elle a pu compter sur des médecins récemment partis à la retraite afin d’assurer le suivi des jeunes enfants. Aujourd’hui, la pédiatre n’a pas l’impression que le nombre de patients est suffisant pour attirer un deuxième collègue au Vallon.

Claire Mulard, seule pédiatre au Val-de-Travers, n’a jamais dû refuser d’enfants dans son cabinet

Même écho du côté des autorités communales de Val-de-Travers : pour l’instant, cette situation n’inquiète pas Frédéric Mairy, en charge du dicastère de la santé. Mais il avoue quand même que la situation reste tendue. Si la seule pédiatre venait à être absente sur une période prolongée, alors le Val-de-Travers se retrouverait sans professionnel dans le domaine.

Frédéric Mairy, conseiller communal à Val-de-Travers: « La situation est un peu tendue, mais on ne peut pas parler de manque »

Du côté du Canton de Neuchâtel, le problème est connu : lors de la dernière session du Grand Conseil il y a deux semaines, le député socialiste du Vallon Christian Mermet s’est inquiété de la situation des urgences pédiatriques dans la région. Dans sa réponse, le Conseiller d’Etat en charge de la santé, Laurent Kurth, a souligné qu’au Val-de-Travers, la couverture insuffisante en pédiatrie était difficile et donc sous surveillance. Ce point fait actuellement l’objet de réflexions entre le Service de la santé publique, le RHNe et la société neuchâteloise de médecine.

C’est surtout le manque de solutions en cas d’urgence qui est problématique : ni la polyclinique de Couvet, ni la Permanence Volta à Fleurier ne les prennent en charge. Les parents doivent donc se rendre directement à Neuchâtel en dehors des heures « de bureau ».

Ce point-là en particulier est discuté en ce moment, tout comme la possibilité de faire venir des médecins de garde de régions voisines au Val-de-Travers. /swe

Frédéric Mairy : « Accueillir les urgences pédiatriques, c’est compliqué à Val-de-Travers. Des réflexions sont en cours »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus