Tests dans les crèches : l’avis du pédiatre

Les tests nasopharyngés sont-ils indispensables pour les enfants en bas âge ? Alors que trois ...
Tests dans les crèches : l’avis du pédiatre

Les tests nasopharyngés sont-ils indispensables pour les enfants en bas âge ? Alors que trois crèches neuchâteloises connaissent une recrudescence de cas de Covid-19, le Canton veut tester les plus petits par voie nasale avec la permission des parents. Une méthode qui fâche

Pour l'instant, il n'y a pas d'études qui montrent que le test salivaire est autant efficace pour les plus petits. (Photo libre de droits). Pour l'instant, il n'y a pas d'études qui montrent que le test salivaire est autant efficace pour les plus petits. (Photo libre de droits).

Pratiquer un test PCR nasopharyngé sur des enfants en bas âge, est-ce de la maltraitance ? Mercredi, RTN a appris que trois crèches neuchâteloises subissaient une recrudescence de cas de Covid-19. Pour endiguer ce phénomène, le Canton de Neuchâtel a mis en place une équipe mobile qui réalisera des tests nasopharyngés sur les enfants avec la permission des parents. Une décision qui ne fait pas du tout l’unanimité. Plusieurs parents mettent d’ailleurs en doute la nécessité de ce test par rapport à la méthode dite « salivaire ». Nous avons demandé l’avis d'un médecin pédiatre.

Alessandro Diana, médecin pédiatre et membre expert de la plateforme infovac :

Alessandro Diana comprend aussi la réticence des parents concernant les tests sur les plus petits. Surtout que les recommandations de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) ont considérablement évolué en une année. De quoi s'y perdre parfois.

« Maintenant on sait que les enfants contribuent aussi à la transmission »

Mercredi, le Service cantonal de la santé publique a avancé qu’il n’y aurait pas d'obligation concernant ce test nasopharyngé. Si les parents refusent, les enfants pourront toujours être auscultés par un pédiatre ou le médecin de famille. Pour Alessandro Diana, le choix de faire tester les enfants est toutefois indispensable pour le bien commun.

« J'aurais pris la même décision que le Canton de Neuchâtel, mais je comprends les craintes des parents »

/jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus