Le TCS abandonne son référendum contre la piétonisation de la place du Marché

La place du Marché sera piétonne selon le Conseil communal de La Chaux-de-Fonds. Alors que ...
Le TCS abandonne son référendum contre la piétonisation de la place du Marché

La place du Marché sera piétonne selon le Conseil communal de La Chaux-de-Fonds. Alors que les 2’800 signatures nécessaires à un référendum ont été récoltées, le TCS ne fera pas recours après un accord avec les autorités. L’UDC qui se dit « choquée » accuse la Ville de retirer l’outil démocratique au peuple

Les voitures ne seront bientôt plus présentes sur la Place du Marché de La Chaux-de-Fonds. Les voitures ne seront bientôt plus présentes sur la Place du Marché de La Chaux-de-Fonds.

L’avenir de la place du Marché fait toujours débat à La Chaux-de-Fonds. Dans un communiqué, le Conseil communal annonce vendredi qu’un accord a été trouvé avec le TCS Neuchâtel qui ne déposera pas de référendum contre la piétonisation du lieu. Du côté de l’UDC et du Centre (anciennement PDC), qui avaient lancé la récolte de signatures, on se dit « choqué et déçu », même si le projet de référendum n’est pas officiellement abandonné.

Le TCS Neuchâtel a bel et bien récolté les 2’800 signatures nécessaires pour un référendum, mais finalement la votation ne devrait pas avoir lieu. Le Touring-club a accepté de ne pas poursuivre la démarche après avoir obtenu des garanties portant notamment sur la construction du parking des Forains ainsi que de la liaison piétonnière et des cadences de bus. Il s’agissait surtout de gérer la suppression des 80 places de parc de la place du Marché prévues dans le projet.


UDC et Le Centre déçus

Du côté de l’UDC et du Centre, qui avaient lancé une récolte de signatures commune pour lutter contre ce projet, c’est l’étonnement le plus total. Le président de la section UDC, Andy Favre, fait part de sa profonde déception vis-à-vis du TCS. Ce dernier « pensait que le partenariat avec l’association était solide ». On parle aussi de « court-circuitage du processus démocratique de la part de la Ville qui est allée débaucher le partenaire pour s’éviter un vote populaire ».

Le président de la section de Montagnes neuchâteloises du Centre, Jonathan Marty, avoue de son côté ne pas avoir été concerté par la Ville, ni inclus dans les discussions. Il regrette cette manière de faire et parle d’un manque de loyauté par rapport aux signataires.

À l’heure actuelle, la récolte de signatures est toujours d’actualité, mais tant l’UDC et Le Centre sont quasi sûrs qu’il sera impossible de réunir ces 2’800 paraphes d’ici deux semaines sans l’aide du TCS.


Pas un abandon selon le TCS

Le président du TCS Neuchâtel, David Erard, explique « comprendre la déception des partis, mais le Touring-club estime qu’il ne s’agit pas d’un abandon. En effet, l’association de défense des automobilistes n’avait pas créé de comité référendaire avec les deux partis. David Erard précise qu’il y avait deux listes différentes et les frais de la récolte ont été à la charge du TCS. Il n’y a donc pas de conflits, selon lui.

En conclusion, la récolte de signatures est encore en cours jusqu’au 11 mars. /comm-jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus