Primes Covid au RHNe: les syndicats revendiquent davantage

Cent francs et deux jours de vacances supplémentaires en moyenne : c’est la prime Covid touchée ...
Primes Covid au RHNe: les syndicats revendiquent davantage

Cent francs et deux jours de vacances supplémentaires en moyenne : c’est la prime Covid touchée par les employés du Réseau hospitalier neuchâtelois. Les syndicats revendiquent un mois de salaire ou de vacances en plus

Du personnel médical soigne un patient atteint du Covid-19 dans l'unité provisoire Covid-19 de ventilation non invasive à l'hôpital Pourtalès à Neuchâtel. (Photo d'archives : KEYSTONE / Laurent Gillieron). Du personnel médical soigne un patient atteint du Covid-19 dans l'unité provisoire Covid-19 de ventilation non invasive à l'hôpital Pourtalès à Neuchâtel. (Photo d'archives : KEYSTONE / Laurent Gillieron).

Une prime Covid pour remercier les employés de la santé ! Le Réseau hospitalier neuchâtelois leur a accordé en moyenne deux jours de vacances supplémentaires et un avoir de cent francs valable au sein de l’établissement hospitalier, à savoir au kiosque ou à la cafétéria. Le personnel qui, en raison de ses horaires de travail n’y a pas accès, a reçu un bon à faire valoir dans des grandes enseignes du canton de Neuchâtel. Une gratification qui peut sembler dérisoire face au travail accompli par le personnel en raison de la pandémie.

Gérald Brandt, directeur des ressources humaines du RHNe

Cette gratification de 100 francs et de deux jours de vacances est insuffisante aux yeux des syndicats qui font d’autres revendications.

Juan Barahona, secrétaire central au syndicat Syna

Le Grand Conseil neuchâtelois avait en effet accepté en mai 2019 une recommandation  qui demandait une gratification salariale pour le personnel exposé durant la pandémie de Covid-19.

Les revendications des syndicats ont un coût, comme l’explique le directeur des ressources humaines du RHNe :

Gérald Brandt

Le RHNe, et sans lien avec la prime Covid ni la pandémie, a décidé de revaloriser certaines formations.

Gérald Brandt, directeur des ressources humaines du RHNe

Ces revalorisations ne figurent pas dans la Convention collective de travail qui doit être rediscutée. La CCT arrive à échéance à la fin de l’année. /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus