Budget accepté dans la douleur à Val-de-Travers

Le Conseil général s’est prononcé en faveur du budget 2021 lundi soir, sans joie. De nombreux ...
Budget accepté dans la douleur à Val-de-Travers

Le Conseil général s’est prononcé en faveur du budget 2021 lundi soir, sans joie. De nombreux partis ont souligné la mauvaise santé financière de la commune

Le budget 2021 a principalement occupé la dernière séance du Conseil général de Val-de-Travers pour cette législature. Le budget 2021 a principalement occupé la dernière séance du Conseil général de Val-de-Travers pour cette législature.

La majorité absolue a à peine été dépassée lundi soir lors de la séance du Conseil général de Val-de-Travers. Le budget 2021 était le gros dossier de la soirée à espaceVAL à Couvet. Sur les 31 membres présents, 18 ont validé le budget qui table sur un déficit record: 5,1 millions de francs, seulement compensé par le prélèvement d'un million et demi de francs dans la réserve de politique conjoncturelle.

Au sein des partis, l’UDC s’est opposée à ce budget et a demandé au Conseil communal de revoir sa copie. Les Verts ont préféré s’abstenir en vue du déficit important. Les autres groupes ont, eux, globalement soutenu la copie de l’exécutif, non sans la critiquer. Le PLR, mais aussi le POP, ont par exemple relevé qu’il faudra faire des choix l’année prochaine, et ont promis de valider des investissements uniquement pour des projets indispensables pour la population.

Frédéric Mairy, chef du dicastère des finances, estime avoir « limité la casse » :

Ce budget au définit record empêche également les investissements communaux, en raison du mécanisme de frein à l’endettement. Le Conseil général a accepté lundi soir la proposition de l’exécutif de soumettre les montants de moins de 50'000 francs à l’approbation de la Commission de gestion et des finances seulement. Ces montants entrent normalement dans la compétence du Conseil communal.


Prêts pour les sociétés locales

En marge de cette discussion, le législatif vallonnier a accepté la proposition de l’exécutif d’accorder un montant de 100'000 francs, sous forme de prêt exceptionnel, à des sociétés locales qui en ferait la demande. Ces prêts seront sans intérêts, remboursables dans les cinq ans, et limités à 5'000 francs.

Cette séance était aussi la dernière de la législature 2016-2020. L’occasion pour les membres de saluer le travail de Christian Mermet, qui se retire de son poste de conseiller communal d’ici la fin de l’année. /swe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus