« Nous mettons la santé de nos proches en danger »

Les établissements médicaux sociaux sont sous pression face à la deuxième vague de coronavirus ...
« Nous mettons la santé de nos proches en danger »

Les établissements médicaux sociaux sont sous pression face à la deuxième vague de coronavirus. Le personnel est souvent confronté à des situations difficiles à vivre. Un aide-soignant à Cressier témoigne

Beaucoup d'employés dans les EMS du canton de Neuchâtel sont en quarantaine. (Photo: ldd) Beaucoup d'employés dans les EMS du canton de Neuchâtel sont en quarantaine. (Photo: ldd)

La deuxième vague de coronavirus n’épargne pas les établissements médico-sociaux. Selon les chiffres publiés par le canton de Neuchâtel la semaine dernière, 14 EMS sur 54 sont touchés et 108 résidants ont été testés positifs au Covid-19. C’est autant que lors de la première vague ce printemps. Parmi eux, le home St-Joseph à Cressier a dû faire face à un décès lié au virus la semaine passée. Ce type d’événement rend le travail du personnel soignant particulièrement éprouvant. De plus, une fois de retour chez eux, les employés craignent de contaminer leurs proches.

Le témoignage d’Achour Ighil, aide-soignant au home St-Joseph à Cressier

Les EMS doivent aussi faire face à plusieurs cas de suspicion d’infection au Covid-19. Cette situation incertaine est souvent difficile à gérer, raconte Achour Ighil. Il regrette le manque de mesures de sécurité mises en place par les autorités sanitaires dans ce cas.

Des enseignements ont toutefois été tirés de la première vague. Contrairement à ce printemps où toute visite était interdite, les résidants ont cette fois le droit de recevoir deux proches « signifiants ». Une mesure qui doit permettre de garder un lien avec l’extérieur et de lutter contre la détresse des résidants. /ara


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus