Les EMS neuchâtelois sous haute tension

Les établissements médico-sociaux du canton sont fortement touchés par la deuxième vague de ...
Les EMS neuchâtelois sous haute tension

Les établissements médico-sociaux du canton sont fortement touchés par la deuxième vague de coronavirus. Ils maintiennent tout de même une certaine ouverture vers l’extérieur

Les visites d'un ou deux proches par résident sont autorisées dans les EMS. (photo d'illustration) Les visites d'un ou deux proches par résident sont autorisées dans les EMS. (photo d'illustration)

Les EMS neuchâtelois comptent désormais autant d’institutions touchées par le Covid-19 que durant la première vague ce printemps. C’est ce qu’indique mercredi le Canton de Neuchâtel dans un communiqué. Au total, 14 des 54 établissements sont atteints par le SARS-Cov-2, avec un total de 108 personnes positives ou en attente de résultat sur les quelque 2200 résidents que compte le canton. Plusieurs décès sont à déplorer.


Gérer les entrées

Dans ce contexte, les flux des patients constituent un point d’attention majeur pour des établissements. L’enjeu consiste à pouvoir continuer à assurer des entrées rendues difficiles par les contaminations. Il s’agit aussi d’éviter des hospitalisations pour des personnes âgées dont le maintien à domicile ne serait plus possible, notamment en raison de la fragilisation de leurs proches qui subissent également la situation épidémique actuelle.

Par ailleurs, tous les EMS du canton doivent composer avec des quarantaines multiples qui viennent mettre sous haute tension des effectifs dont chaque unité compte, que cela soit dans le domaine des soins mais aussi dans le secteur socio-hôtelier.


Visites restreintes

Les visites sont désormais drastiquement limitées. Les EMS d’un ou deux proches « signifiants » sont autorisés pour chaque résident, afin de permettre le maintien d’un lien social externe. Le tout dans une configuration contrôlée, respectant les normes en vigueur. Cette mesure peut être suspendue si la situation épidémique le justifie, précisent les autorités cantonales. Les lieux de visite sécurisés (parloirs) resteront utilisables dans tous les cas. À noter que l’accès des proches lors des situations de fins de vie ou de crise reste autorisé en tout temps. /comm-ara


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus