La situation au sein du SBAT jugée « grave » et « inadmissible »

Le Conseil général de Neuchâtel a pris acte ce lundi soir du rapport concernant la gestion ...
La situation au sein du SBAT jugée « grave » et « inadmissible »

Le Conseil général de Neuchâtel a pris acte ce lundi soir du rapport concernant la gestion du service des bâtiments. Seuls trois élus verts s’y sont refusés, réitérant les accusations d’une cabale à l’encontre de Christine Gaillard

Le Conseil général de Neuchâtel, délocalisé au Château, s'est prononcé lundi soir sur la crise que traverse le service des bâtiments. Le Conseil général de Neuchâtel, délocalisé au Château, s'est prononcé lundi soir sur la crise que traverse le service des bâtiments.

« Des faits graves et intolérables », selon les socialistes. « Une situation inadmissible », d’après le PLR. « Une leçon à retenir pour les futures autorités », selon le groupe Vert’libéral-PDC. Les différentes formations politiques du Conseil général de Neuchâtel ont eu des mots sans équivoque au moment de se prononcer lundi soir sur le rapport de la Commission financière concernant le service des bâtiments (SBAT). Un texte qui épingle la direction de l’Urbanisme pour sa gestion de la réorganisation du service. Ce document avait conduit mi-septembre le Conseil communal à retirer le SBAT des mains de Christine Gaillard et à la non-réélection, le 25 octobre, de la conseillère communale verte.

Si la grande majorité des élus ont acté le texte en mettant en exergue l’attentisme des autorités dans cette affaire, trois représentants des Verts l’ont cependant rejeté. Pour eux, la fuite du rapport dans la presse et son ton étaient un coup politique à l’encontre de Christine Gaillard.

Charlotte Opal, conseillère générale verte

Les Verts ont aussi remis en cause les limites du système de milice pour ce genre d’affaire, pointant du doigt les représentants de la sous-commission financière.

Georges Alain Schaller, élu PLR qui faisait partie du groupe de travail, n’accepte pas cette attaque

Pas de doute pour la grande majorité du Conseil général, il y a bien eu des manquements dans la gestion du service. Il faut désormais en tirer des enseignements pour les prochaines législatures.

Baptiste Hurni, conseiller général socialiste

Quant à Christine Gaillard, elle a profité de cette assemblée pour rappeler sa position, rejetant tant la forme que le fond de ce rapport. /rgi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus