Pas de suite pénale dans l’affaire du home des Trois Portes

Une plainte pénale avait été déposée contre des membres d'Unia Neuchâtel lors de leur action ...
Pas de suite pénale dans l’affaire du home des Trois Portes

Une plainte pénale avait été déposée contre des membres d'Unia Neuchâtel lors de leur action « père fouettard » en décembre 2018. Le Ministère public a décidé de ne pas entrer en matière, selon le syndicat

Le père fouettard d'Unia avec son sac de charbon et son balais muni de protestations des employé-e-s de la Résidence des Trois Portes à Neuchâtel en décembre 2018. Le père fouettard d'Unia avec son sac de charbon et son balais muni de protestations des employé-e-s de la Résidence des Trois Portes à Neuchâtel en décembre 2018.

Unia Neuchâtel ne sera pas poursuivi. Des membres du syndicat étaient visés par une plainte déposée par la directrice de l’EMS des Trois Portes à Neuchâtel. Elle faisait suite à l’action « père fouettard » de décembre 2018 qui avait pour but de dénoncer les conditions de travail dans ce home. Dans un communiqué publié vendredi, Unia explique que le Ministère public neuchâtelois a rendu une décision de non-entrée en matière sur la plainte. Selon le procureur, « de telles actions destinées à faire évoluer favorablement la situation des employés ne s’avèrent susceptibles d’être réprimées que si à leur occasion des infractions pénalement répréhensibles ont été commises ».

Une indemnité pour les frais de défense des quatre syndicalistes, qui avaient franchi les portes du home, a été mise à la charge de la plaignante, précise encore Unia Neuchâtel. /comm-jpp 


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus