Projet immobilier au goût amer pour des locataires à Neuchâtel

Le syndicat Unia souhaite démolir et reconstruire trois immeubles d’habitation qui lui appartiennent ...
Projet immobilier au goût amer pour des locataires à Neuchâtel

Le syndicat Unia souhaite démolir et reconstruire trois immeubles d’habitation qui lui appartiennent dans le quartier de La Coudre à Neuchâtel. Des locataires tentent de s’opposer à leur résiliation de bail

L'un des trois bâtiments qui sera démoli et reconstruit. Ici, le numéro 10 de la rue Paul Bouvier. L'un des trois bâtiments qui sera démoli et reconstruit. Ici, le numéro 10 de la rue Paul Bouvier.

Le projet de démolition et de reconstruction de trois bâtiments rue Paul Bouvier et rue F.-C.-de-Marval à Neuchâtel n’est pas du goût de tout le monde. Le syndicat Unia, propriétaire des murs, souhaite refaire à neuf les trois bâtisses qui abritent actuellement 24 appartements. Certains locataires s’opposent toutefois à la résiliation de bail qui leur a été signifiée pour le 30 septembre 2020. Une séance de conciliation a eu lieu avec le syndicat Unia mais elle n’a pas permis d’aboutir à un compromis selon Virginie Pilault porte-parole d’Unia. Au moins six locataires pourraient dès lors s’unir et faire appel à l’Asloca, l’Association suisse des locataires, pour défendre leurs intérêts. L’un d’eux évoque les loyers très bas qui ont cours dans ces bâtiments, prenant l’exemple d’un appartement de trois pièces à 800 francs. Il dit s’inquiéter pour les nombreuses personnes âgées qui habitent dans ces immeubles et qui risquent de voir leur loyer pratiquement doubler ailleurs, au vu des prix actuels du marché.

Le syndicat Unia est prêt à aider les locataires touchés

De son côté, Unia est déterminé à aller au bout du projet. Le syndicat indique avoir conscience des problèmes que la situation peut poser aux actuels locataires. Virginie Pilault indique que le syndicat a fait un geste en avertissant les habitants de leur résiliation de bail deux avant le début théorique des travaux. Elle ajoute que ceux-ci bénéficient d’un préavis de 30 jours au lieu de trois mois vis-à-vis de la gérance s’ils trouvent un nouvel appartement. Finalement, la gérance Zivag, en charge de ces bâtiments, se dit à disposition des locataires dans leur recherche d’un nouveau logement pour une éventuelle recommandation auprès des régies de la région. Des appartements vacants dans le quartier leur ont aussi été proposés. Cinq locataires ont d’ores et déjà trouvé une autre solution et libéreront les lieux d’ici fin juillet.

Dans la lettre adressée aux habitants, la gérance qualifie les travaux à mener d’« indispensables et urgents ». Virginie Pilault confirme : le syndicat était face au dilemme de, soit rénover les appartements, qualifiés de vétustes, en profondeur, soit d’en construire de nouveaux. Le choix de démolir et de reconstruire permettra de doubler la surface habitable, indique la porte-parole d’Unia, et d’augmenter le nombre de logements. Ce projet immobilier prévoit la construction de 33 appartements plus spacieux contre 24 actuellement et la création d’un parking souterrain de 30 places rue Paul Bouvier. Des panneaux solaires sont prévus sur les deux immeubles rue Paul Bouvier tandis qu’un toit végétalisé recouvrira celui de la rue F.-C.-de-Marval.

Les loyers des nouveaux bâtiments seront conformes aux prix actuels du marché, indique Virginie Pilault. Un appartement de 3,5 pièces de 74 mètres carrés devrait ainsi coûter entre 1'665 et 1'725 francs. La durée des travaux est évaluée à deux ans. Les plans peuvent être consultés jusqu’au 9 juillet, délai d’opposition, au Service des permis de construire de la Ville de Neuchâtel. Celui-ci indique ne pas avoir reçu d’opposition contre ce projet à ce jour. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus