Le centre d'animation Kallo à Bevaix lance le projet Pocket Job

Mettre en lien des particuliers avec des jeunes pour réaliser des petits travaux : le projet ...
Le centre d'animation Kallo à Bevaix lance le projet Pocket Job

Mettre en lien des particuliers avec des jeunes pour réaliser des petits travaux : le projet émane du centre d’animation jeunesses Le Kallo à Bevaix. Il permet à l'adolescent de se faire de l’argent de poche et de découvrir certaines réalités de la vie active

Mario Cofrancesco, animateur responsable du centre d'animation jeunesses Le Kallo à Bevaix, et Cassandre Joly, animatrice socioculturelle en formation HES. Mario Cofrancesco, animateur responsable du centre d'animation jeunesses Le Kallo à Bevaix, et Cassandre Joly, animatrice socioculturelle en formation HES.

Des petits travaux pour les jeunes âgés de 13 à 17 ans. Le centre d’animation jeunesse Le Kallo, basé à Bevaix, met sur pied le projet Pocket Job. Il s’agit de mettre en relation des particuliers de la Commune de la Grande Béroche et de Cortaillod avec des adolescents qui désirent gagner un peu d’argent de poche en réalisant des travaux. Il s’agit de petits travaux, comme ramasser des feuilles, promener un chien ou encore aider une personne qui a de la peine avec l'informatique. Les jeunes sont rémunérés 10 francs de l’heure dès 13 ans et 15 francs à partir de 16 ans. Les animateurs du centre veilleront à ce que ces petits jobs n’empiètent pas sur le travail des professionnels. Par ailleurs, les mineurs ne sont pas autorisés légalement à faire n’importe quels travaux.

En ce qui concerne les assurances, le jeune, via ses parents, et le particulier doivent montrer leur contrat responsabilité civile pour pouvoir signer un contrat. La RC ne couvre que les dégâts matériels. Si par malheur un jeune se blesse, c’est une assurance accident, réglée dans la loi, qui prend en charge les frais, pour autant que le jeune ne soit pas âgé de plus de 25 ans et qu’il ne gagne pas plus de 750 francs par année.

Ce projet, qui répond à une demande des jeunes du centre d'animation Kallo, va plus loin que le simple fait de gagner de l’argent de poche. Il met en relation des jeunes avec les habitants de la région et crée ainsi un lien intergénérationnel. Par ailleurs, le jeune, en signant en contrat, que les parents doivent également signer, s’engage à le respecter, il s’agit donc d’une responsabilité qu’il prend. Il peut en outre se faire une idée de ce qu’est la vie active. Autre atout : en mettant en avant ses compétences, le jeune peut également prendre une certaine confiance en lui.

Une séance d’information sur le sujet a eu lieu fin mars. Actuellement, quatre jeunes ont rendu un dossier complet aux animateurs du centre. /sma

 


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus