Le Conseil général de Neuchâtel fait le ménage

Le législatif de la Ville de Neuchâtel a classé lundi soir un grand nombre de motions et de ...
Le Conseil général de Neuchâtel fait le ménage

Le législatif de la Ville de Neuchâtel a classé lundi soir un grand nombre de motions et de postulats qui attendaient une réponse depuis plusieurs années pour certains

Olivier Arni devra répondre aux questions de la justice concernant l'affaire de l'augmentation de salaire octroyée à l'ancien directeur de la LNM. Le Conseil communal de Neuchâtel a réuni en un rapport de nombreux postulats et motions en vue de leur classement.

Le Conseil général de Neuchâtel n’a pas uniquement parlé de la Société de navigation lundi soir. Il a aussi fait de l’ordre dans ses placards. Le législatif a classé bon nombre de motions et de postulats, parfois vieux de plusieurs années. Le Conseil communal devra toutefois reprendre certains dossiers comme ceux de l’aménagement de la place de la gare, de la gratuité des vélos dans les funiculaires de la ville ou encore des coûts du fun’ambule ; le législatif ayant refusé de clore ces questions.

Le Conseil général a toutefois fait part de sa désapprobation de la méthode adoptée pour régler ces dossiers en attente. Il regrette que le Conseil communal ait rassemblé l’ensemble de ces points dans un seul rapport, avec uniquement de courtes réponses, privant ainsi le législatif d’un débat de fond sur les diverses questions.

 

Les eaux usées comme source de chaleur

Quelques dossiers ont tout de même donné lieu à des rapports plus fournis de la part de l’exécutif.

Le Conseil communal va par exemple étudier la possibilité de valoriser la chaleur dégagée par les eaux usées à la suite d’une motion du groupe PopVertSol validée par le Conseil général. L’exécutif se dit prêt à récupérer la chaleur de ces eaux à l’aide d’une pompe à chaleur qui serait installée à la sortie de la station d’épuration. L’énergie récupérée s’élèverait à 3,5 GWh/an, soit l’équivalent de 370'000 litres de mazout. Dans un deuxième temps, ce système pourrait aussi être appliqué aux bâtiments qui consomment beaucoup d’eau chaude comme l'hôpital, les piscines ou les installations sportives.

 

Les fontaines ne seront pas plus écologiques

Le Conseil général a en revanche enterré l’idée de doter les fontaines situées sur le territoire communal d’une pompe qui permet de recycler une partie de l’eau du bassin et d’ainsi diminuer la consommation d’or bleu. Après calculs, le Conseil communal indique que la réduction du débit ne serait pas d’un facteur dix comme espéré, mais d’un facteur trois. Le coût du dispositif est aussi jugé rédhibitoire. L’investissement s’élèverait à 300'000 francs, sans compter l’installation d’un robinet spécifique à chaque fontaine, et des frais annuels d’environ 30'000 francs. L’économie d’eau n’est dès lors pas jugée pertinente en matière d’énergie, étant donné que 84% de l’eau consommée vient de l’Areuse et qu’elle n’est pas pompée.

Le Conseil communal devra également favoriser le recyclage des déchets dans les magasins et dit rester attentif au développement de nouvelles technologies dans le traitement des déchets en plastique.

 

Toujours non à RIFRONT

Finalement, la Ville de Neuchâtel maintient sa position contre le report de l’harmonisation de l’impôt des frontaliers. Le Conseil général a refusé une résolution du groupe socialiste qui appelait à la solidarité de la Ville face à des communes industrielles « proches de la faillite », selon le conseiller général socialiste Baptiste Hurni. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus