« Les abribus de la gare ne servent à rien »

Les abribus de la Place de la Gare de La Chaux-de-Fonds pointés du doigt. Jeudi soir, le Conseil ...
« Les abribus de la gare ne servent à rien »

Les abris de la gare des bus de La Chaux-de-Fonds font des mécontents. En période hivernale, ces derniers sont inefficaces selon les Verts. De son côté, le Conseil communal a imaginé une solution dans le hall de gare

 La construction a été primée pour son esthétisme, mais c'est son efficacité qui fait débat.

Les abribus de la Place de la Gare de La Chaux-de-Fonds pointés du doigt. Jeudi soir, le Conseil général de la Métropole horlogère s'est penché sur la question à la suite d’une interpellation des Verts.

Selon ces derniers, les abribus ne servent à rien en période hivernale. Ils n'abritent presque pas les usagers en cas de vent ou de tempête de neige, et à par l'esthétique, ils n’auraient pas ou peu de fonctionnalité. Le parti avance encore que certains usagers en viendraient à ne plus privilégier les transports publics en raison de ce problème.  Il demande qu'une solution soit trouvée d'ici l'hiver prochain.

Du côté de l’exécutif, on admet qu'il s'agit d'un échec, ou du moins, partiellement. Selon le conseiller communal en charge de l’urbanisme, Théo Hugunenin-Elie, l'architecture, certes primée de l'endroit, ne permet pas une protection optimale pour les voyageurs. C'est pourquoi, un toit a déjà été envisagé, mais il reviendrait à 30'000 francs. De plus, le problème ne serait pas entièrement réglé, car les ouvertures latérales continueraient de laisser filtrer les intempéries.

Selon le Conseil communal, la solution passe pour l'instant par la gare. Des discussions sont en cours avec TransN pour installer un panneau dans le hall avec les horaires des bus en direct. Ceci permettrait aux voyageurs de sortir au moment où leur correspondance est arrivée.

 

Baisse du prix des terrains

Durant la séance, le Conseil général a aussi pris acte d’un rapport sur la baisse du prix des terrains en mains de la Ville cédés en droits de superficie. Actuellement, 186 habitations privées sont bâties sur des terrains appartenant à la Commune, selon le droit de superficie. Ce dernier donne à une personne le droit d’élever une construction sur un terrain qui ne lui appartient pas avec un contrat sur une durée déterminée (avec un minimum de 30 ans).

Pour éviter de devoir racheter des constructions sur des terrains lui appartenant, la Ville préfère inciter les propriétaires à investir en obtenant les parcelles. C’est pourquoi, elle baisse le prix de base du terrain de 10 % pour les villas et de 5 % pour les constructions en zone d’habitation de moyenne et haute densité. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus