Les travaux de restauration de la Collégiale peuvent continuer

La 21e séance du Conseil général de Neuchâtel s’est placée sous le signe de l’harmonie entre ...
Les travaux de restauration de la Collégiale peuvent continuer

Plafond de la Collégiale de Neuchâtel. Le plafond de la Collégiale de Neuchâtel.

La séance du Conseil général de Neuchâtel de lundi soir s’est placée sous le signe de l’harmonie entre exécutif et législatif. Tous les rapports soumis par le Conseil communal au Conseil général ont passé la rampe pratiquement à l’unanimité.

Le législatif a tout d’abord accepté un crédit de 15’200'000 francs, dont il faut déduire 4'700'000 de subventions du Canton et de la Confédération, destiné à la poursuite de la restauration de la Collégiale. La deuxième étape des travaux est ainsi financée. Elle portera principalement sur l’intérieur de l’édifice (sol, voûtes, parois intérieures, mobilier, orgues, chauffage, système d’électricité et d’éclairage, etc.). Cette nouvelle phase de restauration s’étendra jusqu’en 2022.

 

Feu vert à l’entretien des routes et du réseau d’eau

Le Conseil général a aussi accepté une série de crédits dont la somme totale s’élève à un peu plus de 8'500'000 francs. Cette somme permettra au Conseil communal de mener divers travaux d’entretien des routes ainsi que du réseau d’eau durant les années 2014 et 2015. Un nouveau giratoire verra notamment le jour au carrefour de Vauseyon et le revêtement du parking situé à l’ouest de la Poste du centre-ville connaîtra une nouvelle jeunesse.

Par ailleurs, 897'000 francs seront investis dans l’assainissement du pont ferroviaire de Gibraltar, la Ville étant liée au CFF par une convention en matière d’entretien de cet ouvrage. La circulation routière y sera interdite durant les travaux qui sont prévus aux mois de juillet et d’août 2015.

 

Réforme des secours amorcée

Lundi soir, le législatif a également soutenu l’adhésion de la Ville de Neuchâtel au Syndicat intercommunal des sapeurs-pompiers volontaires. Ce vote ouvre la voie à une réforme du système de secours. Il est prévu de rassembler les corps de sapeurs-pompiers et les centres de secours en une seule entité dirigée par un commandant unique pour tout le Littoral,  qui deviendrait ainsi l’une des quatre régions de défense et de secours du canton, aux côtés du Val-de-Travers, du Val-de-Ruz et des Montagnes. Cette nouvelle entité sera chargée de la lutte contre les incendies et les inondations.

Il faut toutefois qu’au minimum 15 communes du Littoral et Neuchâtel acceptent d’adhérer au syndicat intercommunal pour qu’il puisse être constitué. La procédure de vote est en cours dans les 22 communes concernées, qui aujourd'hui gèrent chacune leurs sapeurs-pompiers volontaires. Au moins 6 d’entre elles, dont Neuchâtel, ont déjà dit oui. Cette réforme vise à gagner en efficience par une organisation plus simple. Elle permettra aussi à la Ville de Neuchâtel d’économiser environ 250’000 francs par an, comme le coût des prestations sera partagé entre plus de communes qu’auparavant.

 

Commandement unique

Le SIS de Neuchâtel et celui des Montagnes ne seront pas intégrés à cette nouvelle région. Un commandement unique sera toutefois aussi mis en place pour ces deux entités qui assureront les missions de secours.

Cette réforme découle de l’entrée en vigueur de la nouvelle Loi cantonale sur la prévention et la défense contre les incendies et les éléments naturels.

Finalement, le législatif a pris acte du rapport d’information du Conseil communal en matière de politique du logement, visant à favoriser des habitats d’utilité publique et durables. /sbe


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus