Tricherie à la HEG : la compétition incite à la fraude

La compétition à outrance peut favoriser la triche. C’est ce que rappelle Caroline Pulfrey ...
Tricherie à la HEG : la compétition incite à la fraude

La compétition à outrance peut favoriser la triche. C’est ce que rappelle Caroline Pulfrey, deux jours après la découverte de tricheries à la Haute école de gestion à Neuchâtel. La professeure enseigne à l’Institut des Sciences sociales de l’Université de Lausanne. Elle est l’auteure, avec Fabrizio Butera, d’une recherche sur la fraude en milieu académique publiée dans la revue Psychological Science.

A la HEG de Neuchâtel, des étudiants ont photographié des épreuves d’examen pour dévoiler leur contenu à certains camarades qui n’avaient pas encore subi ces mêmes tests.

Dans leur étude publiée l’automne dernier, les deux experts lausannois soulignent que les valeurs néo-libérales véhiculées par la société peuvent favoriser la tricherie : Plus les étudiants sont imprégnés de valeurs comme la réussite personnelle, plus ils seront enclins à tricher, et plus ils penseront que la triche peut être justifiée. En somme, la fin justifie les moyens.

Ce schéma est modifié en cas de fraude collective, comme ce fut le cas à Neuchâtel. Lorsqu’un groupe triche, l’individu adopte un sentiment de loyauté envers ses camarades. Autrement dit, il se rallie à la meute. C’est ce qui ressort des derniers éléments de recherche des experts.

 

La triche, un phénomène qui a toujours existé

Les smartphones influencent-ils la fraude ? La triche a toujours existé, rappelle Caroline Pulfrey. Même si aujourd’hui, les étudiants disposent d’outils informatiques capables de saisir et de transmettre rapidement des informations. Les écoles doivent prendre des mesures préventives pour interdire l’usage de ces outils durant les examens.

Mais les institutions disposent aussi d’autres moyens pour lutter contre la triche : Les écoles peuvent chercher à mettre en avant des valeurs qui prônent la solidarité, la coopération et la bonne conduite. En faisant, par exemple, signer aux étudiants des chartes d’honneur, ou en soulignant que tant l’image de l’institution que la réputation des étudiants en pâtissent. /aju


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus