Passage de témoin à Val-de-Travers

Le socialiste Frédéric Mairy remplace Jean-Nat Karakash au Conseil communal de Val-de-Travers ...
Passage de témoin à Val-de-Travers

Jean-Nat Karakash élu au Conseil d'Etat est remplacé par Frédéric Mairy au sein du Conseil communal de Val-de-Travers. Jean-Nat Karakash élu au Conseil d'Etat est remplacé par Frédéric Mairy au sein du Conseil communal de Val-de-Travers.

Frédéric Mairy entre au Conseil communal de Val-de-Travers. Le socialiste de 40 ans succède à Jean-Nat Karakash, fraîchement élu au Conseil d’Etat, et à qui il a été rendu hommage lundi soir. Frédéric Mairy, natif du Vallon mais de nationalité belge, a été élu tacitement, puisqu’il était le seul candidat. La répartition des dicastères avec les quatre autres membres de l’exécutif communal aura lieu mercredi 3 juillet.


Non au gaz de schiste

Avant la partie festive, la séance du Conseil général a été marquée par l’adoption d’un arrêté bien particulier : le législatif a accepté de soumettre au Grand Conseil neuchâtelois une initiative communale demandant d’interdire la prospection et l’exploitation de gisements d’hydrocarbures non-conventionnels, notamment de gaz de schiste, dans le sous-sol neuchâtelois. Le projet à l’étude à Noiraigue n’est pas concerné, puisqu’il s’agit d’un forage traditionnel envisagé par Celtique Energie. La société a procédé à une évaluation des risques pour démontrer que le projet ne met pas en danger les ressources en eau potable de la région. Elle doit rendre publique dans la matinée un rapport hydrogéologique.


Dossier sensible

La commune de Val-de-Travers souhaite mandater un expert indépendant avant de prendre toute décision. Le dossier est sensible. Les Verts ont déjà fait part de leur opposition à tout forage, persuadés des conséquences néfastes qu’une telle exploitation pourrait entraîner. Et des habitants de Noiraigue ont écrit à la commune pour faire part de leur inquiétude face à ce projet.
Selon l’hypothèse de Celtique Energie, le sous-sol du Val-de-Travers pourrait contenir suffisamment de gaz naturel pour alimenter la Suisse entière pendant sept ans. L’entreprise britannique est prête à investir 15 millions de francs pour réaliser un forage d’exploration sur la parcelle agricole visée. /msa


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus