La définition de l’absinthe divise en Europe

L’absinthe fait des vagues au sein de l’Union européenne. Le Parlement européen a rejeté la ...
La définition de l’absinthe divise en Europe

Annie Genevard, maire de Morteau et députée du Doubs, fait partie des élus français qui défendent l'absinthe. Annie Genevard, maire de Morteau et députée du Doubs, fait partie des élus français qui défendent l'absinthe.

L’absinthe fait des vagues au sein de l’Union européenne. Le Parlement européen a rejeté la semaine dernière la définition de l’absinthe.

La proposition de définir légalement cette boisson émanait de la Commission européenne. Le texte proposait de fixer un taux minimal d’anéthol de 0,5 gramme par litre et un taux de thuyone compris entre 5 et 35 milligrammes. Il a été balayé par 409 voix contre 247.

La France serait à l’origine de la démarche destinée à définir l’absinthe, notamment pour éviter la production de boissons qui portent le nom d’absinthe sans même contenir cette plante, comme il en existe par exemple dans certains pays de l’est. Mais l’Allemagne, entre autres, n’a pas adhéré à cette idée. Une nouvelle mouture du texte devrait être présentée au Parlement par la suite.

 

Regard suisse

En Suisse, la définition de l’absinthe figure dans l’ordonnance sur les denrées alimentaires. Selon le distillateur du Val-de-Travers, Yves Kübler, la première définition envisagée par l’Union européenne comportait des erreurs scientifiques. Un taux de thuyone minimal n’était pas gage de présence de plante d’absinthe, puisque la thuyone est une substance présente dans d’autres plantes comme la sauge ou le thuya. Même en respectant le texte à la lettre, un producteur tchèque, par exemple, aurait pu fabriquer une boisson nommée absinthe sans qu’il y ait la moindre trace de cette plante.

Pour Yves Kübler, l’idée de base de la Commission européenne était louable, mais le contenu du texte illogique. Il précise que, contrairement à ce que certains médias français ont pu affirmer, le rejet de la définition de l’absinthe par le Parlement européen n’a aucune incidence sur la démarche en cours en Suisse pour obtenir une IGP (indication géographique protégée) pour les termes absinthe, la Fée verte et La Bleue. /msa


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus