Egalité de chances pour les élèves en situation de handicap

Les enfants et adolescents en situation de handicap doivent être mieux intégrés dans le cursus ...
Egalité de chances pour les élèves en situation de handicap

 Les enfants en situation de handicap doivent être considéré comme des élèves à part entière.

Les enfants et adolescents en situation de handicap doivent être mieux intégrés dans le cursus scolaire traditionnel. C’est le souhait du Conseil d’Etat neuchâtelois. Il propose au Grand Conseil de ratifier un accord intercantonal qui va dans ce sens. Une fois le texte accepté, le gouvernement pourra plancher sur une loi spécifique sur la pédagogie spécialisée.

L’accord intercantonal découle de l’introduction de la réforme de la péréquation financière et de la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons. Les cantons ont repris à leur compte la totalité du domaine de la pédagogie spécialisée pilotée jusqu’alors par l’Assurance invalidité.

 

Des mesures renforcées et ordinaires

L’accord prévoit la création de trois instruments nationaux: une terminologie commune, des standards de qualité pour la reconnaissance des prestations et une procédure d’évaluation standardisée.  Il prévoit également plusieurs mesures pour accompagner les jeunes en situation de handicap âgés de 0 à 20 ans, sans faire de distinction entre ceux qui sont au bénéfice de l’Assurance invalidité et les autres.

Des mesures qui sont adaptées au cas par cas et qui, si possible, privilégient les mesures intégratives aux solutions séparatives. Ces mesures sont de deux types: des mesures renforcées et des mesures ordinaires de soutien. Les premières sont entièrement prises en charge par le Canton et donc décidées par l’organe cantonal compétent. Les secondes sont gérées par les autorités scolaires régionales.

Les mesures renforcées concernent notamment la scolarité en école spécialisée, le soutien pédagogique spécialisé, l’enseignement spécialisé, une partie de la psychomotricité ou encore le transport pour les enfants et jeunes en situation de lourd handicap.

 

Démarche participative des enseignants

Actuellement, 3'200 élèves, soit 8,44% de la population neuchâteloise de 0 à 20 ans, sont au bénéfice de mesures renforcées. Mais seuls 320 élèves fréquentent une école spécialisée telle que le CERAS. Le but est d’intégrer tous ceux qui le peuvent dans une structure standard.

A noter que les enseignants ne seront pas obligés d’accueillir des élèves souffrant d’un handicap dans leur classe. Mais s’ils acceptent, ils seront plus fortement épaulés par des spécialistes. Pour y arriver, le Canton va débourser deux millions de francs jusqu’en 2017, essentiellement pour créer de nouveaux postes de travail afin de mieux encadrer les jeunes en situation de handicap.

Le Grand Conseil devrait se prononcer sur la ratification de cet accord lors de sa session de janvier. /comm-sma


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus