La Chaux-de-Fonds rejette la nouvelle politique de stationnement

Les citoyens de la Métropole horlogère ont refusé ce dimanche par 75,66% des voix la nouvelle ...
La Chaux-de-Fonds rejette la nouvelle politique de stationnement

Les citoyens de la Métropole horlogère ont refusé ce dimanche par 75,66% des voix la nouvelle politique de stationnement. Réactions et commentaire ci-dessous.

Les citoyens de La Chaux-de-Fonds se sont prononcés ce dimanche sur la politique de stationnement. (Photo : KEYSTONE / Jean-Christophe Bott). Les citoyens de La Chaux-de-Fonds se sont prononcés ce dimanche sur la politique de stationnement. (Photo : KEYSTONE / Jean-Christophe Bott).

 

La nouvelle politique de stationnement de La Chaux-de-Fonds échoue dans les urnes. Les citoyens de la Métropole horlogère l’ont rejetée ce dimanche par 75,66% de voix (8'882 suffrages). La participation s’est élevée à 41,81%.

 

Huit zones et des macarons

Considéré comme pas assez abouti, le texte était combattu par Le Centre, les Vert’libéraux, le PLR et l’UDC. Le référendum avait récolté 5'778 signatures valables, alors que 2'820 étaient nécessaires.

Cette nouvelle politique de stationnement prévoyait de diminuer le trafic interne. Elle visait un découpage de La Chaux-de-Fonds en huit secteurs en zone bleue. Un premier macaron à 40 francs devait permettre de se parquer dans son quartier de manière illimitée, tandis qu’un second aurait été disponible pour une deuxième zone au prix de 750 francs. Le centre-ville devait être soumis à un régime d’horodateurs.

Les partis référendaires ont donc gagné. Ils estimaient que cette politique arrivait trop tôt, avant la réalisation des contournements routiers et le développement d’une meilleure offre de transports publics.

La libérale-radicale Sarah Curty réagit dans le Journal de 18h :

La gauche avait fait passer le rapport du Conseil communal en novembre dernier. Elle s’était ensuite constituée en comité de soutien en vue de cette votation, pour défendre une réduction du trafic interne, une meilleure qualité de vie et une plus grande sécurité pour les usagers de la route. En vain.

Christian Piguet, conseiller général vert et membre du comité de soutien, ne mâche pas ses mots :

Le Conseil communal de La Chaux-de-Fonds voulait rendre la ville plus attractive et mieux satisfaire aux exigences climatiques par une politique modérée. Mais l’idée de proposer un deuxième macaron facultatif à 750 francs s’est retournée contre l’exécutif.

Le Vert Patrick Herrmann, qui a porté ce dossier, prend note de l’ampleur de la défaite :

Le conseiller communal Théo Huguenin-Elie se donne entre six mois et une année pour, « avec les opposants » dit-il, revenir avec une nouvelle proposition de politique de stationnement devant le Conseil général. /gtr-fba-vco

Le commentaire de Vincent Costet :

Trois Chaux-de-Fonniers sur quatre ont refusé la nouvelle politique de stationnement. C’est la même proportion qu’il y a 10 ou 20 ans sur des objets comparables. Le message de la population est clair : à La Chaux-de-Fonds, on ne touche pas à la bagnole.

Pourtant le monde a changé. La planète brûle. La Métropole horlogère doit replanter ses arbres après la tempête du 24 juillet. Même sans trop oser s’afficher, le TCS était dans le camp des autorités. Et malgré tout ça, elles ont échoué. C’est ce qui s’appelle rater un penalty.

La majorité de gauche a commis une maladresse. La seule peut-être de la législature, mais elle fait tache. Proposer un second macaron à 750 francs – qui plus est sans beaucoup l’expliquer –, c’était se mettre un autogoal. Passer en force au Conseil général face à l’opposition de toute la droite et du centre, c’était prendre l’adversaire de haut.

Et aujourd’hui, cette même gauche joue les mauvaises perdantes. Elle a intérêt à apprendre de la défaite. En espérant que ce match totalement raté ne laisse pas des traces…


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus