Les dessous de l’affaire Cédric Dupraz dévoilés

L’audit concernant la direction du service loclois de l’urbanisme et le management du conseiller ...
Les dessous de l’affaire Cédric Dupraz dévoilés

L’audit concernant la direction du service loclois de l’urbanisme et le management du conseiller communal a été rendu public. Nourri des perceptions subjectives des employés interrogés, il met en exergue des dysfonctionnements

C'est Cédric Dupraz, au centre de cet audit, qui a proposé au Conseil communal de procéder à des rocades au sein des dicastères. (Photo : archives) C'est Cédric Dupraz, au centre de cet audit, qui a proposé au Conseil communal de procéder à des rocades au sein des dicastères. (Photo : archives)

On connaît le contenu de l’audit qui a coûté la direction du service de l’urbanisme du Locle à Cédric Dupraz. À sa lecture, on peut le dire d’emblée, il n’y a pas d’affaires de mœurs, pas de détournement d’argent, ni même de mobbing. Seulement des problèmes de personnes, de ressenti, d’incompréhension ou encore des visions différentes.

En vertu de la loi cantonale sur la transparence des activités étatiques, RTN a pu obtenir cet audit d’une quinzaine de pages, document qui a coûté plus de 14’000 francs à la Ville. On ne sait pas qui a contacté fin janvier 2023 la médiatrice qui a rédigé le rapport, cette partie du texte ayant été caviardée par l’exécutif au moment de la transmission du document à notre rédaction. La médiatrice a rencontré l’équipe du service de l’urbanisme une première fois le 24 février pour présenter la démarche. Elle a ensuite eu des entretiens individuels avec une dizaine de collaborateurs entre le 7 et le 13 mars ainsi qu’avec le chef du dicastère.

Le Conseil communal a reçu le résultat de l’audit le 6 avril 2023. Quelques semaines plus tard, le 30 mai, on apprenait par voie de communiqué de presse que l’exécutif de la Mère commune avait procédé à des rocades au sein des dicastères, avec le plein accord de Cédric Dupraz. C’est d’ailleurs lui qui en a fait la proposition, reconnait le Conseil communal. L’élu POP remettait les services de l’urbanisme, de la mobilité et de l’agglomération à son collège Philippe Rouault et recevait en échange les affaires sociales et la culture et conservait le tourisme, les jumelages et l’exo-musée.

Les précisions de Claire Wiget dans La Matinale :

Des perceptions subjectives

Le rapport d’audit, d’une quinzaine de pages, parle de dysfonctionnements du conseiller communal, de service pas connecté à son chef, de climat de travail pas idéal, induisant pour certains collaborateurs de la souffrance physique et psychique, parfois un suivi médical. À tel point que plusieurs personnes ont envisagé de partir. Certains employés auditionnés ont qualifié Cédric Dupraz de narcissique, d’autoritaire, de méprisant, pour ne citer que quelques-uns des termes rapportés dans l’audit.

À l’instar de la médiatrice, le principal concerné prévient que le rapport et ses conclusions reposent sur « des perceptions subjectives », celles « des personnes interrogées qui ont fait part de leurs constats, besoins et propositions ». La conclusion de l’audit précise que « les éléments (…) du rapport sont indicatifs et non pas objectifs et devront cas échéants être vérifiés par une procédure officielle d’investigation (…) si le Conseil communal l’estime opportun »

Cédric Dupraz, conseiller communal : « Un certain nombre d’éléments ont été vérifiés. Ils se sont révélés faux, inexacts, voire impossibles »

Il n’empêche, le contenu de l’audit a surpris Cédric Dupraz. Il a dirigé pendant 15 ans le service de l’urbanisme sans rien remarquer. « En 15 ans, je n’avais jamais eu de quelconque alerte », explique-t-il, même si le rapport d’audit évoque des « problèmes [qui] existent depuis plusieurs années et des collaborateurs [qui] ont déjà tenté de faire remonter des informations ».

L’ex-responsable de l’urbanisme évoque « un problème de compréhension entre la sphère politique et la sphère technique », soit entre le chef de dicastère et les employés du service. Il note qu’au sein de la structure, le taux de renouvellement des employés était très faible. Il y a néanmoins eu de nouveaux arrivants qui ont dû se fondre dans le moule. Il reconnait de son côté « une certaine rigidification de [ses] modes de fonctionnement, de par l’habitude ».

Cédric Dupraz : « Je crois que la courroie de transmission était malheureusement à un moment donné grippée » 

Reste que Cédric Dupraz conduit aussi d’autres services, dont les collaborateurs n’ont pas été auditionnés dans le cas présent. À ce stade, aucun dysfonctionnement n’a été constaté dans ces services.

Cédric Dupraz : « Au sein des services que je dirige à l’heure actuelle, les retours que j’ai sont extrêmement positifs »

Le reste du Conseil communal a aussi pris connaissance de cet audit en avril 2023 avec une certaine surprise, et la volonté d’aller de l’avant et dans le sens des employés. Il y a eu les rocades au sein des dicastères et la mise en place d’un coaching externe pour le nouveau et l'ancien responsable. « Ça s’est fait en bonne intelligence, en fonction des intérêts de chacun », explique au nom de l’exécutif Anthony von Allmen. « Ça a permis de rassurer. Globalement les choses semblent s’arranger ».

Ni le Conseil communal ni le bureau du Conseil général n’a estimé nécessaire d’en arriver à une procédure de destitution ou à une enquête disciplinaire. « L'exécutif a estimé qu’avec les mesures prises, on arrivait à une bonne situation », conclut Anthony von Allmen.

La semaine dernière, Cédric Dupraz a indiqué ne pas se représenter aux élections communales d’avril pour un cinquième mandant à l’exécutif de la Mère commune. Il aura passé 23 ans au sein des autorités du Locle, dont 16 au Conseil communal. Il a justifié cette décision par une volonté de donner de la place aux jeunes. /cwi-aju


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus