Le Locle : un budget validé sur fond de grogne du PLR

Le Conseil général de la Mère Commune a validé le plan financier 2023 qui présente un déficit ...
Le Locle : un budget validé sur fond de grogne du PLR

Le Conseil général de la Mère Commune a validé le plan financier 2023 qui présente un déficit de 4,9 millions de francs. Les élus de droite l’ont refusé ou se sont abstenus en pointant du doigt le Conseil communal

L'Hôtel de Ville du Locle. (photo: arhives Bertrand Pfaff) L'Hôtel de Ville du Locle. (photo: arhives Bertrand Pfaff)

La Ville du Locle tient son budget pour l’année 2023. Le législatif a accepté mercredi soir le plan financier qui prévoit une perte de 4,9 millions de francs après un prélèvement de 950'000 francs dans la réserve de politique conjoncturelle. Et pourtant, le Conseil communal a senti le vent du boulet. Plus grand groupe du Conseil général depuis la fusion avec Les Brenets, les membres du PLR l’ont refusé ou se sont abstenus. La gauche unie a finalement fait passer le vote à 19 voix contre 11 et 6 abstentions.

Gaëtan Dubois, chef du groupe PLR :

« Nous avions laissé une longue année de réflexion au Conseil communal pour qu’il puisse venir avec des propositions. Rien n’a été fait », a rappelé le chef du groupe libéral-radical Gaëtan Dubois pour justifier la position de son parti au moment du vote. Le PLR s’est aussi inquiété de la progression de la dette d’un peu plus de 12 millions de francs. « C’est ce montant qui devrait être débattu, car la dette résulte du manque de liquidités de notre Commune. » Face à l’assemblée, le chef des finances Claude Dubois s’est montré moins alarmiste. « Malgré l’inflation, nous conservons un déficit comparable à 2022. Raison pour laquelle le Conseil communal est satisfait », a ajouté le conseiller communal.


La manière d’investir remise en question

La gauche n’a pas suivi le PLR même si elle a partagé certains éléments. « Nous avons l’impression que chaque année il est dit que tout le monde met du cœur, de l’énergie, mais ce soir on n’a pas plus de solutions que les années précédentes », a déclaré le socialiste Gérard Santschi. Face à l’augmentation de la dette, le PS a aussi apporté une autre vision au débat. « On investit, mais le strict minimum. Peut-être qu’un jour au lieu d’avoir des dettes on va payer le fait de ne pas avoir suffisamment investi. Il faut investir mais peut-être de manière moins modeste et retenue qu’actuellement. », a expliqué Gérard Santschi.

Gérard Santschi, conseiller général socialiste :

Le Bibliobus continuera à s’arrêter aux Brenets

Lors d’une soirée dont les échanges n’ont pas atteint des sommets, le principal débat a porté sur le maintien ou non du bibliobus aux Brenets. Le Conseil communal souhaitait supprimer la prestation. Mais un amendement socialiste, accepté par 19 voix contre 15, a assuré la prolongation de la desserte brenassière. /lre


Actualisé le

Articles les plus lus