Vers une subvention pour les panneaux solaires dans le périmètre UNESCO

En réponse à une motion au Conseil général, le Conseil communal de La Chaux-de-Fonds va réfléchir ...
Vers une subvention pour les panneaux solaires dans le périmètre UNESCO

En réponse à une motion au Conseil général, le Conseil communal de La Chaux-de-Fonds va réfléchir à l’élaboration d’un fonds solaire. S’il voit le jour, il pourrait aider financièrement dans certaines situations les propriétaires obligés d’encastrer les panneaux solaires dans les toits de la zone UNESCO

La Chaux-de-Fonds depuis Espacité. La Chaux-de-Fonds depuis Espacité.

Oui, il est tout à fait possible d’installer des panneaux solaires dans la zone UNESCO à La Chaux-de-Fonds. Un coup d’œil rapide du belvédère d’Espacité pourra convaincre le citoyen. Le Conseil général a d’ailleurs validé mardi soir la rénovation du collège de la Promenade, figurant au cœur de la zone protégée, qui intégrera une centrale photovoltaïque. Mais le législatif a aussi accepté une motion des groupes socialiste et vert qui demandait la création d’un fonds solaire. Le texte partait du principe que les contraintes liées au patrimoine mondial incluent des surcoûts pour les propriétaires et qu’un fonds pourrait donc partiellement les compenser.

La motion a trouvé un bel accueil auprès du Conseil communal et auprès des groupes, à l’exception du PLR qui l’a refusée.

Théo Huguenin-Elie : « Une participation partielle de la collectivité nous semble justifiée face à des investissements lourds d’intégration des panneaux. »

Réflexion sur un système d’aides

« Nous avons effectivement une directive solaire qui est coercitive », a expliqué devant l’assemblée Théo Huguenin-Elie, responsable de l’urbanisme. « Elle induit des surcoûts lorsqu’on veut installer des panneaux solaires sur les toits du périmètre UNESCO. Ils sont nuls lorsqu’on intègre les panneaux lors de la réfection d’une toiture, ils sont forts dans une autre situation puisque le panneau ne peut pas venir par-dessus la toiture », a résumé le socialiste.

Le Conseil communal a donc annoncé qu’il réfléchira à un système d’aides lorsque les travaux d’installations solaires encastrées se font a posteriori d’un chantier de toiture. À la suite d’un amendement Vert’libéral, il a été décidé que ce principe s’appliquera là où la directive solaire communale entre en vigueur.

Claude-André Moser, élu PLR : « Ça paraît peu de choses pour créer des problèmes administratifs et poser la question de qui va payer. »

Le PLR dubitatif

L’idée largement validée par les groupes de gauche et certains de droite n’a pas convaincu les Libéraux-radicaux. « On ne voit pas la nécessité d’ajouter une subvention à une autre qui existe sur le plan fédéral », explique le porte-parole du PLR Claude-André Moser. « Cela pose aussi la question de savoir qui va payer… Si la Ville donne une subvention, elle va la chercher quelque part : taxe d’habitation ? impôts ? Avec l’augmentation du coût de l’énergie, on peut aussi se dire que ce sera tellement avantageux de poser des panneaux solaires que le propriétaire sera gagnant », analyse à chaud le conseiller général.

Le Conseil communal devra revenir sur le sujet en présentant un rapport dans les prochains mois. /lre


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus