Tous masqués au RHNe

Face au nombre de cas de Covid-19 qui augmente en Suisse, le Réseau hospitalier neuchâtelois ...
Tous masqués au RHNe

Face au nombre de cas de Covid-19 qui augmente en Suisse, le Réseau hospitalier neuchâtelois demande à tout son personnel, tous les patients et tous les visiteurs de porter à nouveau le masque

Il n'existe pas actuellement de décision cantonale ou fédérale au sujet du port du masque (photo d'illustration). Il n'existe pas actuellement de décision cantonale ou fédérale au sujet du port du masque (photo d'illustration).

C’est le retour à une situation dont on avait peut-être cru un peu vite qu’elle appartenait au passé. Le Réseau hospitalier neuchâtelois impose à nouveau le port du masque chirurgical. Une réaction à l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 constatée ces derniers jours au niveau national : près de 25'000 nouveaux cas d’infection au Covid-19 en une semaine. Le chiffre publié mardi par l’Office fédéral de la santé publique préoccupe les milieux de la santé. Il représente en effet un bond de près de 50% du nombre de contaminations. En parallèle, les hospitalisations ont augmenté de plus de 90%. La conséquence d’une hausse du nombre de cas de variants Omicron BA4 et BA5.


De la vigilance, mais pas de craintes

Contacté, le Médecin cantonal adjoint du canton de Neuchâtel, Laurent Kaufmann, juge probable que les chiffres continuent à augmenter dans le proche avenir, dans la mesure où le nombre de contaminations a presque doublé à un rythme hebdomadaire depuis trois semaines. Ce mercredi 22 juin, le nombre de cas s’élève à 170 dans le canton. Les spécialistes s’attendaient à une reprise de l’épidémie, mais celle-ci est plus rapide que prévu et pourrait à nouveau soumettre le personnel de soin à une situation tendue. Pour Laurent Kaufmann, l’été ne va pas nous sauver : l’augmentation des températures n’est vraisemblablement pas susceptible de réduire la propagation du virus. Aux yeux des professionnels, la saisonnalité du SARS-CoV-2 n’est pas clairement établie, et une vague estivale est tout à fait envisageable.

Toutefois, le Service neuchâtelois de la santé publique assure un suivi des personnes vulnérables et constate que celles-ci se remettent plus rapidement qu’au début de la pandémie. Dix jours après les premiers signes de contamination, on observe dans la plupart des cas une nette diminution des symptômes. Il s’agit vraisemblablement des conséquences conjuguées de la domination du variant Omicron et de la campagne de vaccination.

Ce constat contribue à ce que les pouvoirs publics ne craignent pas pour l’heure de scénario catastrophe. Mardi, la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé et Economiesuisse ont jugé qu’il n’y avait pas d’urgence à agir face à cette hausse du cas de coronavirus dans le pays.


Pas un cas isolé

Pour le Réseau hospitalier neuchâtelois, la situation réclame tout de même des mesures de prudence. Dans un premier temps, lundi, l’institution a imposé le port du masque à tous les membres de son personnel qui sont en contact avec les patients. A l’usage, cependant, ce critère est apparu peu clair et difficile à mettre en œuvre. Ce mercredi, les responsables de l’institution ont donc décidé de rendre obligatoire le port du masque chirurgical à toute personne qui franchit les portes de ses différents bâtiments : personnel, patients et visiteurs. Le masque peut être enlevé uniquement en position assise dans les cafétérias. RHNe suit en cela les recommandations de Swissnoso, le Centre national de prévention des infections. Ni l’Office fédéral de la santé publique, ni l’Etat de Neuchâtel n’ont émis à ce jour de décisions contraignantes à ce sujet.

Ce retour au masque n’est pas un cas isolé dans le canton de Neuchâtel. Mardi soir, le groupe des institutions médicales Volta a communiqué qu’il imposait le port du masque à tous les membres de son personnel à partir de ce mercredi. A l’Hôpital de la Providence à Neuchâtel, le port du masque n’est actuellement requis qu’au sein de la polyclinique ou dans le secteur de la dialyse, ou en cas de symptômes. Au sein de la Clinique Montbrillant, aucune directive en faveur du port du masque n’a été émise à ce jour. Les responsables de ces deux institutions restent malgré tout vigilants au sujet de l’évolution de la situation. /jhi


Actualités suivantes