Le mystère des autotests positifs et des PCR négatifs

Le nombre d’infections au coronavirus augmente à nouveau en Suisse. Les résultats parfois contradictoires ...
Le mystère des autotests positifs et des PCR négatifs

Le nombre d’infections au coronavirus augmente à nouveau en Suisse. Les résultats parfois contradictoires de certains tests peuvent laisser perplexe

Les autotests ne donnent pas toujours le même résultat que le test PCR. (Photo : KEYSTONE / Ennio Leanza). Les autotests ne donnent pas toujours le même résultat que le test PCR. (Photo : KEYSTONE / Ennio Leanza).

Les cas de coronavirus augmentent à nouveau en Suisse. Ce jeudi l’OFSP a enregistré plus de 36’000 nouveaux cas en 24h. Les personnes qui présentent des symptômes sont toujours priées d’effectuer un test de dépistage PCR pour obtenir un résultat déterminant. Mais beaucoup de personnes effectuent également des autotests, et il arrive parfois que leur résultat diffère.

Quand l’autotest est négatif et que le PCR est positif, c’est simple : cela signifie que vous avez le Covid et devez vous placer en isolement. En effet, les tests PCR sont plus fiables. Cette certitude repose sur leur nature scientifique, qui consiste à amplifier le génome du coronavirus pour mieux détecter sa présence.

Laurent Kaufmann, médecin cantonal adjoint

Des autotests positifs qui questionnent

La situation inverse, en revanche, s’avère plus épineuse. Après un cas contact ou l’apparition de symptômes, certaines personnes ont effectué un autotest positif, puis reçu un résultat négatif au test PCR.

Laurent Kaufmann, médecin cantonal adjoint

Il n'existe à l’heure actuelle que très peu d’études ou de données scientifiques qui permettent d’expliquer ce phénomène. Le microbiologiste neuchâtelois au sein du laboratoire Admed, Reto Lienhard, évoque trois pistes : premièrement, selon certaines études, le variant Omicron n’est pas présent en permanence dans le nez. Or la plupart des laboratoires, pour des raisons de pénurie de matériel, ne font que des prélèvements dans le nez et pas dans la salive, comme c’est préconisé dans les modes d’emploi. Il est donc probable de passer parfois à côté du virus.

Deuxièmement, si une personne a fait un autotest juste avant le PCR, toute la charge virale qui se trouvait dans le nez a pu être retirée lors de cet acte et donc le Covid n’est plus détecté.

Finalement, l’autotest donne peut-être un faux positif. Reto Lienhard rappelle que la plupart des tests en vente dans les grandes surfaces ou les pharmacies n’ont pas été officiellement contrôlés par un laboratoire et ne sont donc pas forcément fiables.


Au cas par cas

Face à cette situation, comment réagir ? Le service de la santé publique du canton de Neuchâtel confirme que plusieurs personnes dans ce cas de figure ont appelé l’infoline ces derniers temps. Les enquêteurs au bout du fil procèdent alors au cas par cas. S’il paraît probable que la personne soit atteinte du Covid en raison de ses symptômes par exemple, ils recommanderont en général d’aller refaire un test PCR deux jours plus tard.

Les recommandations de Laurent Kaufmann

A noter que sans test PCR positif, il n’est pas possible de placer une personne en isolement ni de lui fournir un arrêt de travail de cinq jours. La seule solution pour ne pas être obligé d’aller travailler après les 3 jours classiques d’arrêt maladie sans certificat est d’aller chez un médecin généraliste afin d’obtenir de sa part un certificat médical. /ara


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus