Des macarons seront nécessaires au Locle

Le Conseil général de la commune a accepté jeudi soir sa nouvelle politique de stationnement ...
Des macarons seront nécessaires au Locle

Le Conseil général de la commune a accepté jeudi soir sa nouvelle politique de stationnement. Le législatif a néanmoins dit non à la diffusion en direct et en images de ses séances. Les problèmes de communication ont aussi nourri les débats

Le Locle mettra en œuvre sa nouvelle politique de stationnement dès l'été 2022. (Photo : archives) Le Locle mettra en œuvre sa nouvelle politique de stationnement dès l'été 2022. (Photo : archives)

L'utilisation de macarons sera bientôt en vigueur au Locle. Le Conseil général a donné son aval jeudi soir, par 37 voix et une abstention, à un crédit de 250'000 francs pour la mise en œuvre du plan de stationnement. La réalisation du projet, basé sur un système de macarons, sera étalée sur trois ans. La première étape entrera en vigueur au Locle dès le 1er juillet prochain. Le plan sera étendu aux Brenets en 2023.

Problème de communication

On a également beaucoup parlé communication lors de cette séance du législatif. Par le biais de deux interpellations, socialistes et libéraux-radicaux ont demandé des comptes au Conseil communal. C’est surtout l’arrêt des travaux de la future station d’épuration qui a cristallisé les débats. Les conseillers généraux ont peu apprécié apprendre par voie de presse l’état de la situation. Le président de l’exécutif, Miguel Perez, a remis les pendules à l’heure, expliquant que la problématique avait été communiquée à la commission ad-hoc six semaines avant que l’affaire éclate.

Conseiller communal en charge du dossier, Cédric Dupraz a longuement détaillé les problèmes rencontrés sur le chantier, soulignant au passage que c’est justement pour éviter un gros dépassement de crédit que le chantier a été stoppé.

L’interpellateur a alors demandé et obtenu l’ouverture d’une discussion en plénum afin que les groupes puissent s’exprimer et poser des questions. Le PLR a soulevé la question du secret de commission et surtout de l’urgence ou non de bénéficier d’une nouvelle STEP. Le président du Conseil communal est venu au secours de son collègue de l’urbanisme, assurant que sa langue avait fourché lorsqu’il a laissé entendre que l’actuelle station, soutenue par l’Actiflo pouvait encore tenir dix ans.

Verts et socialistes se sont rejoints pour demander un rapport écrit du Conseil communal et une séance d’informations. L’exécutif s’est engagé à accéder à ces demandes le plus rapidement possible.


Pas de débats filmés

Le rapport concernant la diffusion en direct et en images sur la page internet de la commune des débats du Conseil général n’a en revanche pas trouvé grâce aux yeux des élus. Ils l’ont refusé par 22 voix contre 16. À l’heure des discussions il a été question d’économies, de stockage ou non des images, de protection des données personnelles et d’intérêt pour la population. Le rapport répondait à une motion de 2011 qui reste de fait en suspens. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus