Neuchâtel : statut du personnel communal remanié

Le Conseil général a validé lundi soir plusieurs améliorations liées aux conditions de travail ...
Neuchâtel : statut du personnel communal remanié

Le Conseil général a validé lundi soir plusieurs améliorations liées aux conditions de travail des employés communaux

Le Conseil général de Neuchâtel a décidé d'améliorer les conditions de travail des employés communaux. (Photo d'archives)  Le Conseil général de Neuchâtel a décidé d'améliorer les conditions de travail des employés communaux. (Photo d'archives) 

Des conditions de travail plus avantageuses pour les employés de la Commune de Neuchâtel. Le Conseil général a validé lundi soir à une large majorité la révision du statut du personnel. Parmi les modifications apportées figurent deux jours de vacances supplémentaires pour les employés de plus de 50 ans et pour les apprentis. Un principe d’indemnisation uniforme du travail le week-end, les jours fériés et la nuit a été ajouté. Des aménagements sont aussi prévus pour les proches aidants avec la possibilité de baisser temporairement leur taux de travail.

Il est désormais écrit noir sur blanc qu’un congé maternité commence le jour de l’accouchement. La limite de 10 jours par an a également été levée pour la prise en charge d’enfants malades. Ce nouveau statut étend par ailleurs les droits syndicaux et incite les employés communaux à recourir à la mobilité douce dans la mesure du possible pour leurs déplacements. Le personnel de la Commune est également « tenu d'observer un devoir de réserve concernant ses convictions personnelles, ainsi qu'un comportement politiquement et confessionnellement neutre », auprès du public. 

Le syndicat SSP, présent lors de cette séance, dit avoir été entendu sur plusieurs points et salue ces avancées. Des discussions devront encore être menées sur le détail des indemnisations pour le travail réalisé le week-end, les jours fériés et la nuit. Le conseiller communal en charge du dossier, Didier Boillat, a assuré que ces questions seraient reprises lors de négociations avec les représentants du personnel en novembre.


Pression du groupe VertPopSol

Le groupe VertPopSol a amené plusieurs amendements de dernière minute, qui ont passé la rampe pour certains. Les personnes qui exercent une charge publique ou syndicale auront droit à 15 jours d’absence, contre 5 actuellement, sans réduction de leur salaire. Un congé extraordinaire de trois jours par cas peut être accordé à un collaborateur pour un conjoint ou un membre de sa famille atteint dans sa santé. Finalement, un congé jeunesse d’une semaine, non-rémunéré, est à disposition d’un jeune collaborateur actif bénévolement dans le domaine culturel, social ou politique, pour autant qu’il ait une fonction de direction ou d’encadrement dans cette activité.


Incidences financières

Au sein du groupe vert’libéral, une voix s’est élevée pour dénoncer les coûts supplémentaires engendrés par cette révision, évalués à 1,5 million de francs par an au moins, sans compter les amendements de dernière minute. Pierre-Yves Jeannin a évoqué des employés communaux privilégiés à l’heure du Covid ; une vision combattue aussi bien par le groupe PLR en la personne d’Alexandre Brodard que par l’élu socialiste Baptiste Hurni. Pour le premier, l’amélioration des conditions de travail est un moyen de garder des employés motivés, tandis que pour le second, les travailleurs communaux, à l’image du personnel des structures d’accueil, n’a pas été privilégié durant la pandémie. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus