Contamination de l’eau de La Tène : l’heure des réponses

Une rupture de canalisation lors des inondations à Enges a probablement causé la contamination ...
Contamination de l’eau de La Tène : l’heure des réponses

Une rupture de canalisation lors des inondations à Enges a probablement causé la contamination des eaux de La Tène début juillet. Le Conseil communal soumet jeudi soir au législatif un rapport d’information au sujet de cette crise et de ses suites

Lors de la crise, les autorités de La Tène avaient distribué des bouteilles d'eau (photo : archives) Lors de la crise, les autorités de La Tène avaient distribué des bouteilles d'eau (photo : archives)

Les autorités de La Tène font le point, plus de deux mois après la crise de l’eau contaminée survenue début juillet. Lors de sa séance de jeudi soir, le Conseil général est chargé se pencher sur un rapport d’information qui revient sur les causes, les conséquences et les actions entreprises autour de la contamination bactériologique survenue entre le 1er et le 6 juillet dans le réseau d’eau de boisson de la commune du Littoral neuchâtelois.

En ce qui concerne l'origine de la présence de bactéries fécales dans les canalisations, les conclusions des experts sont formelles : les installations techniques intérieures ne sont pas en cause. Disculpés également : les chantiers en cours, ainsi que la piste d’une éventuelle mauvaise manipulation sur une borne hydrante.

Tout semble indiquer par contre que l’incident serait lié à la catastrophe de Cressier, fin juin. Une canalisation d’eaux usées s’est rompue lors des inondations à Enges. L’eau souillée aurait pénétré dans le sol, avant de contaminer le captage du Vignier, qui alimente le réseau d’eau de la commune. Impossible d’établir une certitude, mais cette cause est considérée comme très vraisemblable et des mesures ont été prises pour éviter qu’un tel enchaînement d’événements se reproduise.


Mesures à court et long terme

Le rapport dresse par ailleurs la chronologie de la crise et des mesures prises début juillet par le Conseil communal. Celles-ci ont coûté entre 12'000 et 20'000 francs, selon l’exécutif. Il énumère également les actions préventives. Depuis le mois d’août, par exemple, les eaux communales sont analysées chaque semaine plutôt que chaque mois. Ce sera le cas jusqu’à la fin de l’année.

Par ailleurs, l’exécutif profite de cette mise au point pour évoquer les mesures envisagées sur le long terme afin de moderniser le réseau d’eau de la commune. Une demande de crédit devrait être adressée au Conseil général l’année prochaine, afin de mener des travaux autour du captage d’eau du Vignier. Au-delà, la question d’une adhésion de La Tène au réseau de la Communauté des eaux neuchâteloises et environs (CENE) pourrait revenir sur la table, en particulier si le projet de Pôle de développement économique Littoral Est se concrétise, ce qui augmenterait les besoins en eau de la commune. Un tel rapprochement avec la CENE avait été refusé en 2017. /jhi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus