Une hausse d'impôts nécessaire

La population de Val-de-Ruz se prononcera le 13 juin sur une augmentation de deux points du ...
Une hausse d'impôts nécessaire

La population de Val-de-Ruz se prononcera le 13 juin sur une augmentation de deux points du coefficient fiscal. L'exécutif vaudruzien la juge indispensable mais raisonnable 

Yvan Ryser s'inquiète déjà pour le bouclement des comptes 2021 en raison de la crise sanitaire et économique. Yvan Ryser s'inquiète déjà pour le bouclement des comptes 2021 en raison de la crise sanitaire et économique.

L’exécutif de Val-de-Ruz affûte ses arguments en vue de la votation communale du 13 juin. Ce jour-là, les citoyens vaudruziens se prononceront sur l’augmentation de deux points du coefficient fiscal : une hausse qui avait été contestée par référendum.

Le Conseil communal de Val-de-Ruz estime cette adaptation nécessaire et raisonnable en regard de l’état des comptes. Chef du dicastère des finances, Yves Ryser a relevé vendredi devant la presse que les exercices 2018 et 2019 ont été lourdement déficitaires. En revanche, selon les premières prévisions, l’exercice 2020 présentera un léger excédent de revenus. Un élément qui peut paraître paradoxal au moment de proposer une augmentation d’impôts.

Yvan Ryser : le paradoxe de 2020

Dans son communiqué, le Conseil communal a aussi souligné que la marge de manœuvre sur ses propres finances est fortement limitée par les contraintes cantonales. Les trois quarts des charges budgétaires sont directement ou indirectement imposées par l’Etat. Selon ses projections également, la hausse du coefficient demeure supportable : elle représenterait une augmentation de la facture fiscale allant de 2 à 14 francs par mois pour des revenus bruts échelonnés entre 60'000 et 120'000 francs.

Mais Yvan Ryser s’est également projeté sur 2021 non sans inquiétude. Il parle d’une chute des revenus conséquente qui fait suite à la crise sanitaire et économique.

Baisse de 20% en 2021

Après avoir présenté leurs arguments dans une brochure de vote, les autorités communales laisseront aux comités référendaires et de soutien le soin de mener campagne. Elles n'interviendront plus dans le débat. /mne


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus