Une étude pour stabiliser le centre-ville

Le Conseil général du Locle a accepté un crédit de 300'000 francs mercredi soir. L’étude doit ...
Une étude pour stabiliser le centre-ville

Le Conseil général du Locle a accepté un crédit de 300'000 francs mercredi soir. L’étude doit dresser un inventaire de l’état des immeubles construits en zone marécageuse

L'Ancienne poste est un des symboles du patrimoine loclois qui était en péril. Une importante rénovation, y compris des fondations, a permis de maintenir le bâtiment debout. (photo: archives) L'Ancienne poste est un des symboles du patrimoine loclois qui était en péril. Une importante rénovation, y compris des fondations, a permis de maintenir le bâtiment debout. (photo: archives)

Le législatif du Locle est aux petits soins avec son patrimoine. Il a accepté mercredi soir à l’unanimité la proposition du Conseil communal de se pencher sur la stabilité du centre-ville. L’étude, financée à hauteur de 50% par la Confédération, 25% par le Canton et 25% pour la Ville (300'000 francs), devrait aboutir à la rédaction d’un rapport d’ici 2023.

La problématique est connue : Le Locle a été construite sur une zone humide. Les immeubles ont donc été érigés en conséquence sur des pilotis de bois. Ceux-ci subissent malheureusement les effets du temps, mais aussi de l’important trafic, notamment de poids lourds, qui transite par la Mère Commune.

Un groupe de travail a été mis sur pied avec le Canton et l’Institut suisse de spéléologie et de karstologie (ISSKA) afin d’établir un ordre prioritaire d’intervention sur les bâtiments, mais aussi d’étudier le sous-sol.

Ce projet vise aussi à renseigner les propriétaires. À noter que deux solutions sont privilégiées pour stabiliser les bâtiments : la pose de micropieux en métal et l’injection d’une mousse spéciale. La deuxième technique étant moins coûteuse. /lre


Cédric Dupraz : « Nous voulons donner des perspectives aux propriétaires »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus