Les finances de Val-de-Travers restent un casse-tête

En refusant la vente des domaines des Oeillons et de Longeaigue, les citoyens de la commune ...
Les finances de Val-de-Travers restent un casse-tête

En refusant la vente des domaines des Oeillons et de Longeaigue, les citoyens de la commune ont fait une croix sur près de 350'000 francs. Le Conseil communal doit maintenant trouver d’autres solutions pour combler une partie de ses finances dans le rouge

Le domaine de Longeaigue, entre Buttes et Sainte-Croix (VD), rapporte peu à Val-de-Travers selon le Conseil communal.  Le domaine de Longeaigue, entre Buttes et Sainte-Croix (VD), rapporte peu à Val-de-Travers selon le Conseil communal. 

Que va faire la Commune de Val-de-Travers avec ses finances ? Dimanche, la population a refusé la vente des domaines des Oeillons et de Longeaigue. Ces transactions, acceptées par le Conseil général, étaient combattues par référendum.

Pour Val-de-Travers, dont les finances sont dans le rouge, cette opération aurait permis de récolter 340'000 francs, ce qui ne sera finalement pas le cas. Mais, malgré ce léger coup d’arrêt, le Conseil communal veut aller de l’avant.


Pas un problème majeur

Selon Frédéric Mairy, conseiller communal en charge des finances, il n’y a pas de problèmes de liquidités dans l’immédiat. Cette vente aurait plutôt permis de réduire les charges sur la durée car : « ces domaines rapportent peu », nous a-t-il confié. Du côté de Longeaigue, il pourrait même y avoir des travaux à effectuer prochainement sur le bâtiment principal qui devient vétuste. Ces travaux qui se monteraient à plusieurs dizaines de milliers de francs ne seront en tout cas pas épongés tout de suite vu que le loyer annuel est de 2'300 francs. Et pas question d’encaisser plus d’argent, vu que les prix des baux agricoles sont fixés par la Confédération.

Actuellement, Val-de-Travers prévoit un déficit de 3,6 millions de francs pour 2021. Pour revenir dans les chiffres noirs, la Commune a d’autres projets comme la vente de certains bâtiments issus de son patrimoine immobilier. L’acquisition de terrains à bâtir fait aussi partie des plans du Conseil communal pour améliorer la démographie et, par là, les finances. D’autres mesures seront certainement présentées cette année.


Pas de fronde

Concernant le refus de la population, Frédéric Mairy n'y voit pas une fronde contre le Conseil communal. Il constate que le référendum a été lancé dans un contexte électoral – les élections communales - qui a certainement pesé. Mais globalement, l’exécutif se sent soutenu et n’a pas la crainte de voir les décisions acceptées par le Conseil général systématiquement combattues.

Enfin, concernant les projets d’auberge ou de buvette que les référendaires souhaitent voir éclore aux Oeillons, le Conseil communal est clair. Il n’y en aura pas. Pour l’instant, le domaine restera tel qu’il est. L’enjeu actuel au niveau touristique est surtout de canaliser les flux. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus