L’avenir de deux domaines agricoles se joue à Val-de-Travers

Suite à un référendum, la vente des domaines agricoles de Longeaigue et des Oeuillons est désormais ...
L’avenir de deux domaines agricoles se joue à Val-de-Travers

Suite à un référendum, la vente des domaines agricoles de Longeaigue et des Oeuillons est désormais soumis à l’avis de la population. Les Vallonniers se prononcent le 7 mars

L'avenir du domaine de Longeaigue, entre Buttes et Sainte-Croix, sera voté le 7 mars. L'avenir du domaine de Longeaigue, entre Buttes et Sainte-Croix, sera voté le 7 mars.

La vente de domaines agricoles ne se fera pas sans l’aval de la population à Val-de-Travers. Alors que la Commune souhaitait se séparer des domaines de Longeaigue et des Oeuillons l’année dernière, le Conseil général a décidé d’approuver cette vente en septembre. C’était sans compter sur un double référendum du POP lancé à l’automne : deux textes qui ont récolté près de 1'000 signatures. Finalement, les Vallonniers trancheront le 7 mars.


Renflouer les caisses

Cette volonté de vendre les domaines agricoles remontent à l’année passée. Les autorités communales avaient alors lancé une réflexion afin d’optimiser les finances de Val-de-Travers, dans le rouge. Dans cette optique, la vente de domaines agricoles était évoquée. La Commune qui est propriétaire de cinq domaines a donc décidé de garder les domaines de la Petite-Robella et de la Prise-Cosandier à Buttes, ainsi que celui de Riau à Môtiers. Les domaines de Longeaigue à Buttes et celui des Oeuillons à Noiraigue - qui ne possédaient plus le même intérêt public pour la commune - pouvaient donc être vendus. Cette transaction aurait permis une rentrée d’argent immédiate d’au moins 340'000 francs.

Pour le POP, qui lancé le référendum, Val-de-Travers doit garder les deux domaines agricoles au sein de son patrimoine. Selon le parti, l'aspect écologique est important du côté de Longeaigue et il s'agit de de garder un œil sur le développement du terrain à l’avenir alors que le domaine des Oeuillons semble être une opportunité parfaite de développer le tourisme comme la Commune souhaite le faire depuis de nombreuses années.

En tout cas, l’argument financier ne suffit pas pour justifier la vente selon les popistes. Adriana Ioset

Pour Frédéric Mairy, conseiller communal vallonnier en charge des finances, le domaine des Oeuillons a bel et bien un potentiel touristique. Mais son maintien en mains publiques ne va pas obligatoirement favoriser son développement. Un acteur privé pourrait aussi tout à fait y arriver. Par ailleurs, la situation touristique des Oeuillons est différente que celle des deux domaines situés à la Robella à Buttes. La Commune estime que dans ce dernier cas, un site public permet aux plusieurs acteurs de mieux collaborer et de discuter entre eux.

Frédéric Mairy : « la vente directe de Longeaigue et des Oeuillons permettrait une rentrée d’argent rapide »

Et les enveloppes de votes arrivent justement cette semaine en vue des votations communales et nationales du 7 mars. /swe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus