Le chocolat a cartonné à Noël

Etals vidés, chiffre d’affaires renforcé, les douceurs des chocolateries locales ont eu la ...
Le chocolat a cartonné à Noël

Etals vidés, chiffre d’affaires renforcé, les douceurs des chocolateries locales ont eu la cote durant les fêtes dans le canton de Neuchâtel. Mais le futur n’invite pas à l’optimisme

Le chocolat, star de Noël. (Photo: ldd) Le chocolat, star de Noël. (Photo: ldd)

Le chocolat s’est refait une santé à Noël. Dans le canton, les Neuchâtelois ont littéralement dévalisé les rayons des confiseries locales. De quoi redonner un peu le sourire aux artisans de la branche qui ont vécu une année 2020 très difficile. En effet, Pâques a été un désastre avec des ventes qui ont chuté à près de 10% du chiffre habituel pour certains. Cette embellie de fin d’année vient donc donner un bol d’air au secteur, mais les problèmes liés à la crise sanitaire ne sont pas effacés pour autant.


20 % de chiffre en plus

« C’est magnifique, on est très soulagés ». Ce sont les mots du CEO de Jacot Chocolatier, Daniel Knöpfel qui est présent dans le Val-de-Travers et sur le Littoral. Et il y a de quoi, vu que le chiffre d’affaires a augmenté de 20% durant ce mois de décembre, par rapport à 2019. Si ces ventes sont exceptionnelles, elles ne permettent toutefois pas de compenser les pertes subies durant la période pascale. Mais selon Daniel Knöpfel, il est réjouissant de voir que les consommateurs ont soutenu les artisans locaux. Il ajoute que : « les gens apprécient de savoir que les douceurs sont produites ici, de manière instantanée et sans de multiples adjonctions de conservateurs comme dans la grande distribution ».


Etals vidés

Même constat du côté de Crème Renversante à La Chaux-de-Fonds. Sur les réseaux sociaux, la chocolaterie des Montagnes neuchâteloises n’en revenait pas du succès rencontré. En l’espace de quelques jours, tout le stock a été écoulé. Avec des étals vides, la famille Henchoz a dû fermer le magasin : « le temps de reproduire un peu de marchandises ». Pour Maude Henchoz, gérante du bar et de la chocolaterie, il a fallu improviser. C'est pourquoi la création d'un magasin dans des locaux adjacents a été salutaire.

Maude Henchoz, gérante de la chocolaterie Crème Renversante :

Après un début d’année extrêmement morose, la chocolaterie Crème renversante ne s’attendait pas à être pareillement sollicitée, que cela soit par les particuliers, mais aussi par les entreprises.

« On ne s’y attendait pas »

Limitation difficile

Toutefois, la limitation de clients par mètre carré dans les magasins n’a pas fait des heureux dans le secteur, comme à la chocolaterie Walder à Neuchâtel. En effet, le magasin qui fait 24m2 ne permet pas d'accueillir plus de de deux personnes à la fois. Une situation qui a un peu plombé les ardeurs des consommateurs. Plusieurs ont préféré jeter l'éponge à la vue de la longue file qui se pressait devant l'échoppe.

L'administrateur de la chocolaterie Walder, Luc Mayor

Pour l'administrateur Luc Mayor, l’avenir devrait rapidement s’assombrir si les mesures sanitaires perdurent. Les situations de rechange envisagées ne donnent pas entièrement satisfaction. En tout cas, la limitation de clients ne doit en aucun cas descendre en dessous de deux personnes. Avec l'équivalent de 21 emplois à plein temps, perdre encore du chiffre d'affaires à cause des limitations occasionnerait des licenciements.

« Avec un seul client dans le magasin, c’était la faillite assurée »

Chocolat, valeur refuge

Globalement donc, le secteur a été grandement sollicité de la part du grand public qui s’est rué sur le chocolat durant les fêtes de Noël. Au point qu’on peut presque parler de « valeur refuge » selon le CEO de Jacot Chocolatier, Daniel Knöpfel.

Toutefois ce bel élan ne permet pas d’envisager l’avenir sereinement pour tous. La situation reste compliquée pour Crème Renversante tant que le bar sera fermé alors que la chocolaterie Walder devra toujours composer avec un nombre de clients restreint. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus