Les autorités de la Ville de Neuchâtel tirent leur révérence

Le Conseil général a tenu sa dernière séance lundi avant l’entrée en force de la fusion.
Les autorités de la Ville de Neuchâtel tirent leur révérence

Le Conseil général a tenu sa dernière séance lundi avant l’entrée en force de la fusion

Quatre personnalités ont pris congé de l'assemblée lundi soir. De gauche à droite: Christine Gaillard, Rémy Voirol, Anne-Françoise Loup et Fabio Bongiovanni. Quatre personnalités ont pris congé de l'assemblée lundi soir. De gauche à droite: Christine Gaillard, Rémy Voirol, Anne-Françoise Loup et Fabio Bongiovanni.

Discours d’au revoir, cadeaux, remerciements et quelques larmes : l’ambiance était particulière lundi soir à la séance du Conseil général de Neuchâtel. Le législatif se réunissait pour la dernière fois de la législature, dans ses frontières actuelles. Les autorités de la Ville ont en effet tiré leur révérence. Celles de la nouvelle Commune fusionnée de Neuchâtel prendront désormais seules le relais.


Vingt-huit ans au service de la collectivité publique

Cette soirée était l’occasion de prendre congé de quatre personnalités. Rémy Voirol prend sa retraite après avoir œuvré durant 28 ans comme Chancelier de la Ville de Neuchâtel. Tous ont salué sa disponibilité, sa diplomatie et sa discrétion. 

Rémy Voirol

Trois conseillers communaux ont aussi pris congé de l’assemblée : le libéral-radical Fabio Bongiovanni qui ne se représentait pas, ainsi que la socialiste Anne-Françoise Loup et la verte Christine Gaillard, toutes deux non-réélues. Ils évoquent leurs succès, leurs regrets et leurs souvenirs marquants:

Anne-Françoise Loup, Christine Gaillard et Fabio Bongiovanni

Les derniers dossiers


Cette dernière séance était aussi l’occasion de faire place nette en traitant les dernières demandes encore en suspens. Ainsi, le législatif s’est soucié de la bonne utilisation des subventions dédiées aux énergies renouvelables (panneaux solaires thermiques, photovoltaïques et isolation des bâtiments), sollicitées de manière mitigée.

La zone d’utilité publique de Chaumont a également suscité des discussions. Par la voix de Mirko Kipfer, le PLR s’est inquiété du sort du Grand Hôtel et du Home bâlois de Chaumont, délaissés depuis de nombreuses années.

Le Conseil général a finalement adopté un postulat demandant aux nouvelles autorités d’étudier la possibilité d’installer un village culturel et mobile sur une parcelle rue Jehanne-de-Hochberg, qui pourrait servir de résidence pour artistes.

Toutes les prises de parole ont visé à saluer l’investissement de chacun pour la chose publique. Aux nouvelles autorités maintenant d’être dignes de cette tâche. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus