Le RER neuchâtelois se concrétise

Le Conseil d’Etat neuchâtelois sollicite un crédit de 114 millions de francs au Grand Conseil ...
Le RER neuchâtelois se concrétise

Le Conseil d’Etat neuchâtelois sollicite un crédit de 114 millions de francs au Grand Conseil. De quoi financer la construction de la gare de Cernier, le tronçon Corcelles – Bôle et l’étude d’une voie verte sur la ligne historique

 Un pas de plus vers une ligne directe entre le Haut et le Bas. Un pas de plus vers une ligne directe entre le Haut et le Bas.

Neuchâtel Mobilité 2030 va de l’avant. Le projet, qui vise notamment à relier au travers d’une ligne ferroviaire directe le Haut au Bas du canton, s’annonce moins coûteux qu’initialement prévu pour le canton. Le Conseil d’Etat sollicite un crédit de 114 millions de francs au Grand Conseil. En 2016, le coût du concept était évalué à 160 millions pour le canton.

Ce montant englobe la construction de la gare de Cernier semi-enterrée. Le Conseil d’Etat souligne que cette proposition a permis de créer un compromis politique pour intégrer le financement de la ligne directe au paquet de développement stratégique de l’infrastructure ferroviaire (PRODES 2030). Un comité de pilotage rassemblant les CFF, l’Office fédéral des transports et le canton planche déjà. Désormais, le gouvernement demande au parlement de concrétiser les engagements financiers. Sur les 114 millions sollicités, 45 millions sont dévolus à la construction de la gare de Cernier. Afin de permettre la poursuite de l’exploitation de la ligne ferroviaire Neuchâtel, Corcelles, Les Deurres, le Conseil d’Etat propose de réaliser une liaison entre Corcelles et Bôle (sur la ligne du Val-de-Travers). La construction de ce tronçon semi-enterré est devisée à 67 millions de francs. Deux millions sont encore sollicités pour étudier la réalisation d’une voie verte cyclable sur un peu plus de 22 kilomètres de la ligne historique, y compris dans le tunnel des Loges. La reconversion de la ligne Corcelles – La Chaux-de-Fonds en voie verte permettra non-seulement de valoriser les travaux d’assainissement prévus par les CFF entre 2020 et 2022, mais aussi de relier le Haut au Bas du canton par la mobilité douce.

Le projet Neuchâtel Mobilité 2030 se base sur quatre piliers : ligne directe, routes nationales, routes cantonales et mobilité douce. Le RER, reliant Neuchâtel au Locle via Cernier, prévoit notamment la cadence au quart d’heure entre les deux agglomérations. Initialement prévu par le canton, le préfinancement de 900 millions n’est plus nécessaire en raison des liquidités existantes dans le fonds d’infrastructure ferroviaires de la Confédération.

Le gouvernement espère enfin que d’autres projets de mobilité puissent dès 2025 figurer dans les prochains investissements de la Confédération, à commencer par l’extension du Littorail entre la Place Pury et le Stade de la Maladière. /aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus