Projet Ring : vote du crédit au printemps

Un rapport sur un important crédit pour le réaménagement des Jeunes-Rives devrait être voté ...
Projet Ring : vote du crédit au printemps

Un rapport sur un important crédit pour le réaménagement des Jeunes-Rives devrait être voté au printemps par le Conseil général de Neuchâtel. C’est la volonté du Conseil communal qui veut finaliser ce dossier avant la fin de la législature

Image de synthèse du projet Ring aux Jeunes-Rives de Neuchâtel. Image de synthèse du projet Ring aux Jeunes-Rives de Neuchâtel.

Le projet Ring pourrait voir le bout du tunnel. C’est en tout cas le vœu du Conseil communal, qui tient à faire passer le réaménagement des Jeunes-Rives avant la fin de la législature.

Un premier rapport contenant quelques variantes va être soumis au Conseil général ces prochains mois pour une mise en consultation. A la suite de ça, le Conseil communal reviendra devant le législatif avec un projet global et une première demande de crédit. Celui-ci pourrait tourner autour des 20 millions de francs et couvrir une bonne partie des travaux à réaliser. Si tout se passe bien, le vote du législatif est prévu pour ce printemps, avec une planification des travaux répartie sur plusieurs années, vu que ceux-ci ne se dérouleront jamais pendant la belle saison. Le premier coup de pioche pourrait donc avoir lieu d’ici une année.


Craintes de saucissonnage

La conseillère communale en charge de l’urbanisme, Christine Gaillard, nous l’a confirmé, le gros crédit de ce printemps ne couvrira pas l’entier du projet. Si l’élue parle de garder une plus grande flexibilité pour ces travaux qui dureront plusieurs hivers, les mots ne sont pas les même du côté du législatif. Contactés, plusieurs membres du Conseil général nous ont fait part de leur crainte de voir le projet saucissonné.

Car l’un des points d’achoppement de ce projet réside dans le parking des Jeunes-Rives, dont l’avenir n’est pas encore connu. Un point qui pourrait mener à lui seul à un référendum et faire capoter tout le projet. Certains soupçonnent donc l’exécutif de vouloir scinder les demandes de crédit et laisser à plus tard les points les plus sensibles. La réponse ne sera pas connue avant la publication du rapport.

Reporter une partie du crédit à plus tard peut cependant représenter quelques risques. Rien n’assure que les nouvelles autorités de la commune fusionnée acceptent le reste des crédits ou que certains points ne soient combattus ultérieurement. Il se peut donc que les Neuchâtelois se retrouvent avec un projet à moitié réalisé pendant de longues années.


Une longue saga

Depuis Expo 02, les conseillers communaux en charge de l’urbanisme s’étant cassés les dents sur le Ring sont nombreux. Pierre Bonhôte fut le premier en subissant l’échec du référendum en 2003. Valérie Garbani a ensuite relancé le projet en 2007, avant qu’Olivier Arni n’arrive avec la méthode des processus participatifs. Un long cheminement dont a hérité Christine Gaillard. L’élue avait indiqué l’hiver dernier vouloir faire avancer concrètement le dossier. Si elle est encore dans les temps, elle a cependant déjà dû repousser l’échéance de septembre qu’elle avait fixée au Conseil général.

L’échéance de ce printemps est cruciale. Si ce rapport ne devait pas être présenté à la législature actuelle, il reviendrait alors aux autorités de la commune fusionnée de reprendre ce dossier, possiblement avec un autre conseiller communal à sa tête et peut-être aussi avec d’autres envies. /rgi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus