Des propriétaires terriens inquiets à Val-de-Ruz

Zone réservée à Val-de-Ruz : le Conseil communal entre en campagne. Il organisait mercredi ...
Des propriétaires terriens inquiets à Val-de-Ruz

Zone réservée à Val-de-Ruz : le Conseil communal entre en campagne. Il organisait mercredi soir une séance d’information publique. Une cinquantaine de personnes, des propriétaires terriens touchés par la mesure pour la plupart, y ont assisté

La séance d'information publique organisée par le Conseil communal de Val-de-Ruz pour défendre son modèle de zone réservée a surtout attiré des propriétaires inquiets quant à l'avenir de leur terrain. (Photo : archives) La séance d'information publique organisée par le Conseil communal de Val-de-Ruz pour défendre son modèle de zone réservée a surtout attiré des propriétaires inquiets quant à l'avenir de leur terrain. (Photo : archives)

Une cinquantaine de personnes, des propriétaires terriens pour la très grande majorité, a assisté à la séance d’information publique organisée par le Conseil communal de Val-de-Ruz, mercredi soir autour de la zone réservée.

La décision du législatif vaudruzien de geler durant 5 ans 12 hectares de terrains constructibles a été combattue par référendum. C’est le peuple qui tranchera le 19 mai.

Mercredi à la salle de spectacles de Fontainemelon, le Conseil communal a rappelé les enjeux de ce scrutin. À l’heure des questions, celles concernant les indemnités ont été nombreuses. La cinquantaine de propriétaires concernés s’inquiète de la dévalue de leur terrain. Selon l’aménagiste cantonal Dominique Bourquin, c’est une commission politiquement neutre qui se penchera sur la question.

Le conseiller communal Roby Tschopp a rappelé que cette zone réservée était une mesure transitoire qui devait permettre d’élaborer en toute quiétude le plan d’aménagement local. Il a également souligné que si le peuple devait refuser la zone avalisée par le législatif, c’est le canton qui prendrait le relai, avec sans doute moins de finesse et de précision que la Commune.

Une solution qui semble mieux convenir aux référendaires. Ils reprochent notamment aux autorités communales de faire porter cette zone réservée à une trop petite portion de la population. Si le Canton devait prendre le relai, le risque serait supporté par un plus grand nombre de propriétaires fonciers.

Le peuple se prononcera le 19 mai. À cette occasion, il ne pourra pas faire usage du vote électronique, la Poste ayant décidé de ne pas mettre à disposition son système. Pour accomplir son devoir civique, il faudra donc utiliser les bonnes vieilles méthodes : glisser son bulletin dans une enveloppe timbrée ou se déplacer jusqu’au bureau de vote. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus