Front uni du Conseil général face aux réformes cantonales

Les élus du législatif de La Chaux-de-Fonds s'opposent fermement aux réformes sur la fiscalité ...
Front uni du Conseil général face aux réformes cantonales

Les élus du législatif de La Chaux-de-Fonds s'opposent fermement aux réformes sur la fiscalité et sur la péréquation. Un rapport du Conseil communal, qui dresse les conséquences négatives qu'auraient ces dossiers sur les finances chaux-de-fonnières, a été accepté à l'unanimité. Une rencontre à huis clos avec le Conseil d'Etat est prévue le 18 mars

La Chaux-de-Fonds et l'Avenue Léopold-Robert. (photo: archives) La Chaux-de-Fonds et l'Avenue Léopold-Robert. (photo: archives)

Les mines étaient fermées et sérieuses jeudi soir en ouverture du Conseil général de La Chaux-de-Fonds. Le législatif a pris en considération à l’unanimité le rapport d’information du Conseil communal concernant l’impact des réformes cantonales portant sur la péréquation et la fiscalité des personnes physiques et morales. De débat, il n’y en a pas eu. Le front politique chaux-de-fonnier, législatif et exécutif unis, est fermement opposé à ces rapports du Conseil d’Etat qui seront votés dans les prochains mois au Grand Conseil. La rencontre à huis clos avec le Gouvernement cantonal prévue le 18 mars s’annonce des plus animées.

Selon le Conseil communal, les deux réformes cumulées généreraient un manque à gagner de 8,8 millions pour La Chaux-de-Fonds, ce qui, additionné au déficit économique affiché au budget 2019, provoquerait alors un déficit cummulé de 19,2 millions. "Un véritable tsunami" comme l'a imagé le conseiller général socialiste Patrick Jobin.

Les propositions du Conseil communal

Face à la grogne chaux-de-fonnière le Conseil d'Etat soumet l'idée de la création ou de l'augmentation de certaines taxes par la Ville. Une telle situation est impensable pour les autorités chaux-de-fonnières. Et renvoi de balle, les autorités proposent à leur tour dans leur rapport plusieurs mesures au Conseil d’Etat pour compenser ces effets, dans un premier temps à hauteur de six millions.

Parmi les solutions évoquées, la Ville réclame une part de la péréquation financière fédérale versée au canton pour le moins méconnue concernant la géotopographie. Il s’agit d’un montant qui est établi selon la population vivant au-dessus de 800 mètres, et qui devrait, aux yeux des autorités chaux-de-fonnières, être reversée directement aux communes concernées plutôt qu’être conservée dans les caisses de l’Etat. Selon les calculs de la Ville, en fonction de la somme reçue par le canton de 21,2 millions en 2017 pour ce point, La Chaux-de-Fonds et sa population de 38'000 habitants pourrait toucher près de 13,6 millions, Le Locle 3,6 millions et Val-de-Ruz 1,6 million… etc. Les communes du Littoral, étant en plaine, serait exclue de cette redistribution.

Le Conseil communal est en attente d’une réponse du Conseil d’Etat sur ce point comme d’autres qui seront évoqués le 18 mars lors de cette séance extraordinaire sans journaliste ni public avec le Gouvernement cantonal et le législatif chaux-de-fonnier.

Des foodtrucks au Collège musical

En marge de ce gros morceau, les élus ont aussi accepté de se mettre en appétit sur la voie publique. Ils ont donné leur feu vert au futur réglement sur les foodtrucks, établi à la suite d'une motion de la gauche.

Le conseiller communal Théo Bregnard a également fait le point sur le dossier de l'avenir du Collège musical, interpellé à deux reprises sur la question par le POP et le PDC. Les études de différentes solutions se poursuivent et un rapport sera établi en temps voulu pour le Conseil général.

Enfin, le législatif a également accepté une motion de l'UDC concernant la dynamisation de l'activité commerciale au centre-ville. Le Conseil communal a répondu que de nombreuses choses étaient déjà mises en place pour attirer des magasins. Elles seront elles aussi énumérées dans un futur rapport. /lre


 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus