Des cartes neuchâteloises pour trouver de l’eau en Afrique

Des cartes établies à l’Université de Neuchâtel permettent un meilleur approvisionnement en ...
Des cartes neuchâteloises pour trouver de l’eau en Afrique

Des cartes établies à l’Université de Neuchâtel permettent un meilleur approvisionnement en eau en Ouganda

Des hydrogéologues de l'Uni de Neuchâtel sont allés deux fois en Ouganda. (photo: UniNE) Des hydrogéologues de l'Uni de Neuchâtel sont allés deux fois en Ouganda. (photo: UniNE)

La quantité d’eau disponible dans un camp de réfugiés en Ouganda a été multipliée par quatre grâce à une nouvelle méthodologie mise au point à Neuchâtel. Le Centre d’hydrogéologie et de géothermie de l’Université de Neuchâtel travaille depuis un an sur ce projet sous les auspices du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et avec le soutien financier de la Direction suisse du développement et de la coopération.

La nouvelle méthodologie consiste à combiner des données en libre accès provenant de cartes géologiques, d’images satellitaires, de la morphologie du terrain et du climat. Ce travail permet déterminer par cartographie les meilleurs emplacements pour le forage de puits d’eau. Pour le camp de Bidibidi, où vivent près de 200'000 réfugiés dans le Nord de l’Ouganda, l’identification des lieux précis n’a pris qu’une semaine. Elle a permis de créer 19 puits qui fournissent autant d’eau que les 77 puits forés précédemment dans le même secteur.

Le projet doit s’étendre sur trois ans. Des membres du Centre d’hydrogéologie et de géothermie de l’Université de Neuchâtel se sont rendus en Ouganda. Ils ont notamment organisé un atelier en novembre 2018 au bord du lac Victoria, dans le but de transférer leurs connaissances aux spécialistes locaux. /comm-msa


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus