Budget remanié et validé à Neuchâtel

Le Conseil général de la Ville de Neuchâtel a validé le budget 2019, qui prévoit un bénéfice ...
Budget remanié et validé à Neuchâtel

Le Conseil général de la Ville de Neuchâtel a validé le budget 2019, qui prévoit un bénéfice d’environ 1'475'000 francs, mais lui a fait subir quelques changements

Le groupe PLR, par la voix d'Alexandre Brodard (debout), a tenté de pousser le curseur des économies un cran plus haut mais sans succès. Le groupe PLR, par la voix d'Alexandre Brodard (debout), a tenté de pousser le curseur des économies un cran plus haut mais sans succès.

Le résultat final est pratiquement le même mais le budget 2019 de la Ville de Neuchâtel a subi quelques modifications avant d’être assez largement accepté par le Conseil général lundi soir. La mouture définitive table sur un bénéfice de 1'475'600 francs, alors que la version du Conseil communal présentait un résultat positif de 1'449'000 francs. En chemin, les conseillers généraux ont refusé deux mesures d’économie souhaitées par l’exécutif et imposé d’autres retranchements.

Le législatif a soutenu la commission financière dans sa volonté de couper 2,5 millions de francs dans les biens, services et marchandises, ainsi que 300'000 francs dans les frais de personnel. Il l’a aussi suivie dans son choix de revoir à la baisse de 2,5 millions de francs les projections de recettes fiscales des personnes morales, jugées trop optimistes. Le Conseil communal tablait lui sur une hausse de ces recettes à hauteur de 14,6% pour atteindre 56,4 millions de francs.

Le groupe PLR souhaitait de son côté aller encore plus loin en termes d’économies en proposant un retranchement de 4 millions de francs ; proposition qui n’a pas été suivie.

La majorité des élus s’est tout de même inquiétée de voir que le résultat positif prévu pour l’an prochain était lié à des éléments extérieurs, notamment à la réévaluation des actions de Viteos à hauteur de 8,6 millions de francs.

 

Les allocations complémentaires mensuelles pour enfant ne baisseront pas

 

De ce fait, une grande partie du Conseil général a fait part de son souhait de voir une meilleure adéquation entre les charges et recettes de la Ville. Plusieurs élus se sont dits « las » du manque d’efforts en ce sens du Conseil communal. Le législatif n’a toutefois pas voulu des économies proposées par l’exécutif, qualifiées de « bouts de chandelle ». Les élus ont refusé de réduire de 20 francs l’allocation complémentaire mensuelle pour enfant qui serait passée de 145 à 125 francs. Le législatif n’a pas non plus voulu priver les citoyens d’une subvention pour acquérir un abonnement Onde verte mensuel portant sur les zones 10 et 11 ; deux mesures qui auraient permis une économie de 330'000 francs par an.

En revanche, l’ensemble des groupes a salué la politique d’investissements ambitieuse du Conseil communal, dont le montant prévu est d’un peu plus de 55 millions de francs. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus