Air-Glaciers met fin à son activité dans les vols charters

Air-Glaciers renonce à ses vols charters. La compagnie d'aviation valaisanne, qui opérait depuis ...
Air-Glaciers met fin à son activité dans les vols charters

Air-Glaciers renonce à ses vols charters. La compagnie d'aviation valaisanne, qui opérait depuis Sion et La Chaux-de-Fonds, estime perdre trop d'argent avec cette activité. Quatre pilotes ont été licenciés

Air-glaciers mettent fin à leurs vols au départ de La Chaux-de-Fonds. (Image : Archives) Air-glaciers mettent fin à leurs vols au départ de La Chaux-de-Fonds. (Image : Archives)

Plus de vol d’Air-Glaciers depuis la Chaux-de-Fonds. La compagnie valaisanne perd trop d’argent en maintenant ces vols. « Air-Glaciers a décidé de concentrer son énergie et ses moyens sur ses activités de base », a annoncé vendredi la compagnie spécialisée dans le sauvetage dans un communiqué. « Nous perdons environ un million de francs par an avec les vols charters, perte qu'il faut compenser avec les autres activités du groupe. Ce n'est plus viable », a expliqué le directeur de la société, Bruno Bagnoud, contacté par Keystone-ATS.

Selon le fondateur de la compagnie, le départ de l'armée de l'aéroport de Sion a aussi contribué à l'abandon des vols charters. « L'armée s'occupait de beaucoup de choses, en matière notamment d'exploitation et de contrôle. Ce n'est plus le cas et il y a trop d'insécurité concernant le futur de cet aéroport », a expliqué M. Bagnoud.


Quatre licenciements

L'abandon des vols charters depuis Sion et La Chaux-de-Fonds a entraîné le licenciement de quatre pilotes. Le reste du personnel a pu être replacé. 

Air-Glaciers proposait, d'avril à octobre, des vols charters à bord de ses avions de type Beechcraft King Air, pouvant transporter chacun neuf passagers. Lancés à partir des années 1980, les vols étaient organisés depuis Sion et La Chaux-de-Fonds à destination de la Corse, de l'île d'Eble, de la Croatie et de St-Tropez. Plus de 2000 personnes ont voyagé cette année avec la compagnie, selon M. Bagnoud.

Pour développer ses activités, Air-Glaciers mise désormais sur les drones. « J'y vois un gros potentiel en termes de sécurité, par exemple pour les vols de nuit ou dans des situations compliquées », a expliqué Bruno Bagnoud. /ATS


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus