Soutien timide au programme de législature du Conseil d’Etat

Le programme de législature 2018-2021 et le plan financier du Conseil d’Etat ont été pris en ...
Soutien timide au programme de législature du Conseil d’Etat

Le programme de législature 2018-2021 et le plan financier du Conseil d’Etat ont été pris en considération mardi par le Grand Conseil neuchâtelois. Le rapport qui contient de nombreuses mesures d’austérité a été accepté, non sans de nombreuses critiques

 Le Château de Neuchâtel risque de vivre des années agitées.

Chahutés par le Grand Conseil, le programme de législature 2018-2021 du Conseil d’État et le plan financier qui l’accompagne ont finalement été pris en considération par 63 voix contre 23 non ( et 25 abstentions) mardi, à Neuchâtel.

Alors que la commission financière demandait au Grand Conseil de prendre acte de ce programme, il n’y aura eu que la droite pour l’accepter. Du côté de Pop-Vert-Sol, le texte n’a pas été pris en considération alors que les socialistes l’ont carrément ignoré en s’abstenant.

Dans ce programme figurent notamment les mesures prises pour rétablir l'équilibre budgétaire d'ici 2020, comme la fermeture de la Haute école de musique, incorporer davantage d’élèves dans les classes, une baisse des subsides LAMal  ou encore une diminution du personnel dans l'administration.

Trois autres axes de mesures sont aussi prévus : attirer de nouveaux habitants dans le canton pour améliorer les recettes fiscales, baisser la fiscalité des personnes physiques et augmenter les investissements.

 

Des coupes qui font grincer

Du côté des groupes, les socialistes ont expliqué leur décision par le fait que les axes stratégiques du programme de législature manquent de clarté alors que les coupes, elles, sont claires et précises.

D’ailleurs, le parti de gauche a déjà avancé que l’augmentation d’un élève par classe ne serait pas acceptée alors que la fermeture de la HEM ne serait validée que par une minime partie.

Le PLR, de son côté, approuve le programme, mais avance que les mesures de coupe ne sont pas assez rigoureuses. Pour le parti de droite, le budget 2019 devrait déjà être équilibré.

Pour Pop-Verts-Sol, il y a une incohérence entre les ambitions montrées et les coupes envisagées. Cet objectif semble irréaliste. C’est pourquoi ils n’ont pas pris en compte le plan financier et le programme. Enfin, tant les Verts libéraux-PDC que l’UDC ont accueilli ce programme favorablement.  /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus