Le Conseil général demande un projet fédérateur à la place du NHOJ

Le législatif de La Chaux-de-Fonds a accepté jeudi soir une motion popiste qui demande au Conseil ...
Le Conseil général demande un projet fédérateur à la place du NHOJ

Le législatif de La Chaux-de-Fonds a accepté jeudi soir une motion popiste qui demande au Conseil communal de réfléchir avec le canton à l’avenir de la parcelle où devait être bâti le Nouvel hôtel judiciaire

Le plateau de la gare n'accueillera pas d'hôtel judiciaire. Les autorités de La Chaux-de-Fonds espèrent malgré tout que l'emplacement permettra à la ville d'abriter une mission d'importance cantonale. Le plateau de la gare n'accueillera pas d'hôtel judiciaire. Les autorités de La Chaux-de-Fonds espèrent malgré tout que l'emplacement permettra à la ville d'abriter une mission d'importance cantonale. (photo archives)

L’avenir de la parcelle de l’ex NHOJ a déchaîné les passions jeudi soir au Conseil général de La Chaux-de-Fonds.  C’est que la motion du POP Julien Gressot mentionnait explicitement « La faculté des Lettres bientôt dans les Montagnes. » C’est précisément ce titre qui a créé un débat entre les groupes.  Si le POP et le PS voyaient d’un bon œil l’arrivée de l’Université à proximité de la gare, notamment du point de vue des relations qu’elle pourrait tisser avec le Département audiovisuel ou encore le Musée international d’horlogerie, le PLR craignait au contraire de former à nouveau un blocage et une polémique à l'échelle cantonale.

Le Conseil communal, par la voix de son président Théo Huguenin-Elie, a rappelé la volonté de l’exécutif de développer cet îlot à l’avenir, en indiquant notamment que plusieurs investisseurs et promoteurs se sont déjà annoncés auprès de la Commune, même si tout reste ouvert. 

Quant à l’Université, le Conseil communal n’en fait pas une fixation. Il estime toutefois que si un tel projet d’agrandissement qui pourrait avoisiner les 60 millions devait voir le jour pour la faculté des Lettres, il serait alors légitime que La Chaux-de-Fonds entame au moins un bout de réflexion sur la question avec les parties concernées. Les autorités ont également annoncé qu'elles étaient toujours en contact avec le Canton concernant l'avenir de cette parcelle au centre de la Métropole horlogère.

Après un long débat, les groupes se sont finalement mis d'accord. Le titre de la motion a été amendé pour porter plutôt un projet global et fédérateur. L’amendement et la motion ont alors été acceptés à l’unanimité par l’assemblée. L’avenir de l’îlot A du quartier le Corbusier reste ouvert. Une interpellation du PDC Blaise Fivaz a par ailleurs proposé d’aménager un parking payant provisoire à cet emplacement. Une telle installation devrait voir le jour dans le courant de l’année 2018 selon le conseiller communal Marc Arlettaz.

 

Roses et égalité en ouverture

La journée des droits de la femme s’est invitée en ouverture. Après la distribution de roses par les élus socialistes, l’assemblée a accepté à l’unanimité une interpellation socialiste qui demande à la Ville de signer la charte prônant l’égalité salariale dans  le secteur public. La conseillère communale en charge des ressources humaines Sylvia Morel a toutefois rappelé que l’égalité salariale était appliquée depuis de nombreuses années au sein de l’administration communale. /lre


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus