Un éclairage public moins énergivore et plus ciblé

L'éclairage LED fait partie du paysage lumineux neuchâtelois depuis une dizaine d'années. A ...
Un éclairage public moins énergivore et plus ciblé

L'éclairage LED fait partie du paysage lumineux neuchâtelois depuis une dizaine d'années. A ce jour, il constitue un peu plus d'un tiers des points lumineux des trois villes et a permis d'importantes économies d'énergie

Les éclairages de Noël à Neuchâtel en 2016. (Photo : Viteos) Les décorations de Noël ne font pas bondir la consommation d'énergie, explique Claude Duriaux, responsable de l'éclairage public pour Viteos. (Photo: Viteos)

La technologie est qualifiée de récente par les spécialistes mais cela fait près de 10 ans que les lampes à LED ont investi l’espace public neuchâtelois. Les premières ampoules de ce type ont été installées à l’esplanade du Mont-Blanc à Neuchâtel en 2008, explique Claude Duriaux, responsable de l’éclairage public et des installations électriques chez Viteos. Le fournisseur d’énergie indique qu’aujourd’hui la part des lampes à LED dans l’éclairage public est de 32% à La Chaux-de-Fonds sur 3'600 points lumineux, de 37% au Locle sur 1'600 points lumineux et de 32% à Neuchâtel sur 5'000 points lumineux.

Dans le Val-de-Ruz, la proportion d’éclairage public au LED atteint 39% sur 2'113 points lumineux. Le Pâquier se passe par ailleurs de toute lumière durant la nuit et une phase test de six mois sans éclairage public a démarré à Fontaines.

À Val-de-Travers, la commune a aussi remplacé une bonne partie de ses ampoules à vapeur de mercure par des lampes à LED.

Cette politique de remplacement s’est accélérée depuis que les luminaires avec vapeur de mercure sont interdits à la vente depuis 2015. Claude Duriaux indique que ce type d’éclairage n’existera plus dans les trois grandes villes d’ici fin 2018.

 

Une technologie moins énergivore

Pour continuer dans les chiffres, Viteos fait état d’économies d’énergie de l’ordre de 25% à La Chaux-de-Fonds depuis 2010, de 30% au Locle et de 41% à Neuchâtel. La réduction de la consommation s’explique par l’usage plus fréquent de LED mais pas seulement. Le fournisseur d’énergie s'attelle aussi à affiner l’usage de l’éclairage public. Claude Duriaux évoque l’exemple du quai Jeanrenaud à Neuchâtel où l’intensité des points lumineux est réduite à 10% mais remonte à 100% dès qu’un passant apparaît dans le secteur et s’abaisse à nouveau à 10% une fois que la personne s’est éloignée. L’éclairage est aussi réduit dans certains quartiers périphériques.

Quant à ceux qui pensent que la consommation d’énergie explose à la période de Noël en raison des décorations lumineuses, Claude Duriaux ne peut que les contredire. Il explique que les décorations de Noël prennent le relais de l’éclairage public en première partie de soirée avant de s’éteindre au profit des lampadaires traditionnels dès minuit. De cette manière, la consommation d’énergie reste la même.

 

Pollution lumineuse et LED

Si les lampes à LED sont aujourd’hui favorisées par les collectivités publiques, c’est parce qu’elles présentent plusieurs avantages en termes de longévité et d’économies d’énergie notamment. Elles permettent aussi de limiter la pollution lumineuse car l’éclairage peut se faire de manière plus ciblée avec moins de dispersion, selon l’Office fédéral de l’énergie.

Certaines études évoquent toutefois de possibles effets néfastes de la couleur bleutée de la lumière issue de la technologie LED, mais Claude Duriaux indique que l'éclairage public n’est pas concerné par cette problématique. Le responsable de l’éclairage public chez Viteos précise que deux températures d’ampoules sont privilégiées pour les lampadaires : celles de 3'000 et celles de 4'000 degrés Kelvin ; des températures qui ne donnent pas lieu à cette teinte bleutée. Il ajoute que la distance importante entre les lampadaires et les passants permet aussi d’éviter cette problématique.

Viteos appelle par ailleurs les citoyens qui constatent que des lampes sont en panne ou que des éclairages publics ne sont pas adéquats à leurs yeux à prendre contact avec l’entreprise. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus