Des élèves migrants devant et derrière la caméra

Des élèves issus de la migration dévoilent leurs parcours dans un film. Le documentaire a été ...
Des élèves migrants devant et derrière la caméra

Des élèves issus de la migration dévoilent leurs parcours dans un film. Le documentaire a été réalisé dans le cadre de la campagne neuchâteloise « 10 mois, 10 droits » qui vise à faire connaître les Droits de l’enfant

Une classe JET du CPLN a réalisé un film dans lequel les élèves, migrants, témoignent de leur parcours dans le cadre de la campagne Une classe JET du CPLN a réalisé un film dans lequel les élèves, migrants, témoignent de leur parcours dans le cadre de la campagne "10 mois, 10 droits".

De jeunes migrants prennent la parole dans un film. Dans le cadre de la campagne «  10 mois, 10 droits  », lancée par le Canton de Neuchâtel et destinée à mieux faire connaître les Droits de l’enfant, une classe du Centre professionnel du Littoral neuchâtelois (CPLN) a réalisé un film en lien avec le droit à la formation. Les adolescents de cette classe sont des élèves migrants.  Ils ont voulu, à travers ce film, parler de leurs parcours, de leurs craintes mais aussi casser certains a priori que peut avoir la population à leur égard.

Le documentaire intitulé «  J’ai le droit à une formation » a été financé par l’association Enigma Indicium. Les élèves ont aussi bénéficié de l’aide technique du Studio 41 d’Estavayer-le-Lac.

Ce film est l’un des exemples de ce qui a été réalisé dans le cadre de cette campagne « 10 mois, 10 droits », qui a démarré au mois de janvier. Le délégué à la jeunesse du Canton de Neuchâtel, Alex Pedrazzi, mentionne également des vidéos réalisées par des jeunes sur le droit à la vie privée, une pièce de théâtre qui évoque le droit de vivre dans un environnement sain ou encore les rencontres qui se sont tenues entre la jeune génération et des professionnels de la santé et des magistrats.

A ses yeux, cette campagne a permis de débattre avec les jeunes des questions qui les concernent directement. Alex Pedrazzi ajoute que ces droits sont désormais mieux connus dans le Canton de Neuchâtel mais que leur contenu doit faire régulièrement l’objet de nouveaux débats. /ali-sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus