Liaison ferroviaire Haut-Bas : le Conseil fédéral plaide pour une rénovation

Le projet de ligne directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds a du plomb dans l’aile. ...
Liaison ferroviaire Haut-Bas : le Conseil fédéral plaide pour une rénovation

Le projet de ligne directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds n'est pas une priorité pour le Conseil fédéral. Le gouvernement propose une rénovation de la ligne historique actuelle

Le projet de ligne directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds n’est pas la priorité du Conseil fédéral. Du moins, pas encore. Vendredi, le gouvernement a proposé une rénovation de la ligne historique actuelle. Dans son plan d’investissement 2030-2035 pour les infrastructures ferroviaires intitulé PRODES, Berne a prévu d’allouer une enveloppe de 11,5 milliards de francs. Les cantons réclamaient plus.

Pour Neuchâtel, l’incidence est directe. L’aspect positif, c’est que le Conseil fédéral admet qu’il faut investir sur l’axe Neuchâtel – La Chaux-de-Fonds. Et qu’il est prêt à mettre 720 millions de francs sur la table pour rénover la ligne actuelle et construire un tunnel à Chambrelien. Le temps de parcours pour les RegioExpress serait réduit de 27 à 21 minutes. La cadence serait au quart d'heure.

Par contre, le Conseil fédéral ne fait pas de la ligne directe (à 990 millions de francs) une priorité.  Or, le conseiller d’Etat en charge du développement territorial Laurent Favre et le conseiller national Jacques-André Maire, membre de la commission des transports, restent optimistes. Ils sont persuadé qu’ils pourront convaincre Berne qu’une ligne ferroviaire directe en tunnel entre le Bas et le Haut du canton est la meilleure solution. Le temps de trajet est estimé à 15 minutes. Jacques-André Maire relève surtout que la rénovation proposée vendredi par le conseil fédéral ne résout pas le problème du goulet d’étranglement de Vauseyon, où il faudra construire une voie supplémentaire pour un montant estimé à 300 millions, montant qui ne figure aujourd’hui pas dans l’enveloppe du Conseil fédéral.

Reste que durant ces prochains mois, les lobbyistes neuchâtelois ne vont pas chômer pour remettre la liaison directe sur les rails. /aju

Le projet Neuchâtel Mobilité 2030, soutenu par 84% de la population en votation, n’était pas celui que vous avez retenu. Vous avez évoqué l’intérêt de l’innovation et de la digitalisation dans les projets retenus, et là vous soutenez le rafistolage d’une ligne du XIXe siècle, pourquoi ? Question posée par notre correspondant à Berne Serge Jubin, à la conseillère fédérale Doris Leuthard, ministre des transports:


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus