UniNE: thèse et colloque sur l'éveil de l'intérêt chez les bébés

Dès l'âge d'un an, les bébés comprennent l'intérêt des adultes pour des objets. C'est ce qui ...
UniNE: thèse et colloque sur l'éveil de l'intérêt chez les bébés

Dès l'âge d'un an, les bébés comprennent l'intérêt des adultes pour des objets. C'est ce qui ressort d'une thèse de doctorat menée à l'Université de Neuchâtel

 Photo : illustration.

Les bébés sont capables de comprendre dès l'âge d'un an l'intérêt que porte un adulte à un objet. C'est ce qui ressort d'une thèse de doctorat menée à l'Université de Neuchâtel (UniNE).

Cette découverte du Centre de compétences en sciences cognitives marque un progrès significatif dans l'étude des processus de socialisation des individus, a indiqué lundi l'UniNE dans un communiqué. Elle figure au menu du colloque « Foundations of Affective Social Learning » qui se tient jusqu'à mardi à Montézillon (NE).

Depuis des années, Fabrice Clément, co-directeur du Centre de sciences cognitives, cherche à mettre en évidence les voies par lesquelles des informations sociales parviennent à l'enfant. Et pas seulement par un dialogue explicite et direct.

« Actuellement, le processus de socialisation est souvent une boîte noire », résume le chercheur, cité dans le communiqué. Pour y voir plus clair, il a imaginé le concept du Babylab, dans lequel on observe les bambins en interaction avec différents objets.

Dans l'une des expériences entreprises au Babylab, un adulte entre dans une pièce où se trouve également le bébé qui sera témoin d'une scène, sans jamais toutefois être sollicité directement. L'adulte a devant lui deux jouets. Il saisit le premier, l'observe attentivement avec une mine intéressée. Quant au deuxième jouet, il le regarde avec désintérêt. En sortant de la pièce, l'adulte pousse un tiroir devant le bébé où se trouvent les deux jouets. 

Résultat: « Avant neuf mois, le bébé saisit indifféremment l'un des deux objets », indique Fabrice Clément. « Dès douze mois cependant, il va choisir et scruter plus attentivement le jouet pour lequel l'adulte aura manifesté de l'intérêt ».

 

Conscience de l'intérêt

Ce constat permet de situer l'âge à partir duquel un bébé est capable de comprendre qu'un objet a véritablement de l'importance au regard des autres. La conscience de l'intérêt que des objets suscitent auprès d'autres personnes apparaît donc déjà à douze mois.

Mais à peine quelques semaines plus tard, une surprise frappe les chercheurs. « A quinze mois, le bébé inverse complètement son comportement », note Fabrice Clément. Il prend systématiquement dans ses mains le jouet délaissé par l'adulte.

On ignore encore le pourquoi de ce revirement, mais le chercheur avance deux hypothèses: soit l'enfant considère que l'objet préféré de l'adulte est sa propriété, donc il ne peut plus se l'approprier; soit le bébé cherche à comprendre les raisons pour lesquelles l'adulte ne s'y est pas intéressé. 

Cette énigme figure parmi les sujets qui alimentent le colloque sur les fondements de l'apprentissage social par les émotions organisé par Daniel Dukes, auteur de la thèse, Magali Mari et Fabrice Clément.

Les organisateurs ont invité sur sol neuchâtelois des spécialistes du domaine avec le soutien du NCCR Affective Sciences, un Pôle de recherche national dont fait partie le Centre de sciences cognitives de l'Université de Neuchâtel. Le Babylab est à la recherche de familles avec des enfants âgés de 6 à 18 mois prêts à participer à ces expériences scientifiques. /ATS-mwi

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus