Nouvelle demande pour une IGP absinthe

Frédéric Rothen, le président de l’Association interprofessionnelle de l’absinthe. Frédéric Rothen, le président de l’Association interprofessionnelle de l’absinthe.

L’Association interprofessionnelle de l’absinthe va déposer une nouvelle demande d’Indication géographique protégée. Elle a tenu son assemblée générale mercredi soir au Val-de-Travers. La séance a été longue (près de trois heures) et animée. La question de la provenance de certaines plantes utilisées lors de la distillation a été largement discutée.

Deux courants se distinguent au sein de l’Interprofession. D’un côté, ceux qui veulent qu’un maximum de plantes soient cultivées au Vallon. De l’autre, ceux qui veulent continuer à importer la grande absinthe. Chaque camp a fait une proposition et c’est finalement une troisième option qui a été votée, sans faire l’unanimité. Parmi les plantes utilisées, la grande absinthe devra obligatoirement provenir du Val-de-Travers, de même que la petite absinthe si elle est présente dans la recette. Le cahier des charges sera modifié en ce sens. Il ne concernera plus que l’Absinthe du Val-de-Travers, l’appellation Fée verte a été abandonnée.

Huit personnes ont refusé cette nouvelle proposition lors de l’assemblée générale. Ce sont des membres de l’Association des artisans-distillateurs d’absinthe du Val-de-Travers (AAA), qui doivent se réunir prochainement pour décider de la suite à donner à ce dossier. Les membres de l’AAA ont aussi contesté le procès-verbal de l’assemblée générale de novembre. Le crédit que la commune de Val-de-Travers a accordé à l’Interprofession a également fait l’objet de discussions. Il s’agit de 50'000 francs remboursables sur 10 ans, sans intérêts. /msa

Actualités suivantes

Articles les plus lus